la Société générale et le Crédit du Nord suspendent une partie des dossiers de prêts.

jp19

Contributeur régulier
un certain nombre de courtiers présentent des dossiers avec un mandat d'honoraires de 100 € afin de ne pas peser sur le taux d'usure.
Sauf que les clients ont signalés qu'ils auraient à payer plusieurs milliers d'euros la plupart du temps sur facture séparée non indiquée à la banque.
pas mal comme montage dissimulé et bien sur en infraction.

De ce fait, si un client conteste à un moment donné le calcul du TAEG au motif que la facture "bis" n'a pas été comptée, la banque sera entrainée dans une procédure pour laquelle elle n'y est pour rien mais qui coutera automatiquement du temps et de l'argent.
A mes yeux de non-pro non-expert, je trouve que les 2 parties sont responsables :

- Le client accepte de payer un dessous de table pour obtenir son crédit, mais va ensuite s'en plaindre : alors OK, on lui rembourse le dessous de table, mais dans ce cas, retour à la case départ = on lui supprime également l'obtention de son crédit ! Ah bon ? Il n'est pas d'accord ? :unsure:

- La banque qui connait les tarifs usuels des courtiers peut difficilement faire croire n'être au courant de rien lorsque les honoraires présentés sont 10 ou 20 fois inférieurs au montant attendu
 

Patdou

Membre
A mes yeux de non-pro non-expert, je trouve que les 2 parties sont responsables :

- Le client accepte de payer un dessous de table pour obtenir son crédit, mais va ensuite s'en plaindre : alors OK, on lui rembourse le dessous de table, mais dans ce cas, retour à la case départ = on lui supprime également l'obtention de son crédit ! Ah bon ? Il n'est pas d'accord ? :unsure:

- La banque qui connait les tarifs usuels des courtiers peut difficilement faire croire n'être au courant de rien lorsque les honoraires présentés sont 10 ou 20 fois inférieurs au montant attendu
Sauf que la banque a un mandat signé du client avec des frais clairement précisés.

Par ailleurs, beaucoup de dossier aujourd’hui passe à la limite du taux d’usure.
Par conséquent, le courtier n’a pas d’autre choix que d’accepter une baisse de sa rémunération. Il aura toujours la commission banque et c’est toujours mieux que rien.
Si derrière il décide de contourner les règles, il en va de sa seule responsabilité.
 

Triaslau

Contributeur régulier
Sauf que la banque a un mandat signé du client avec des frais clairement précisés.

Par ailleurs, beaucoup de dossier aujourd’hui passe à la limite du taux d’usure.
Par conséquent, le courtier n’a pas d’autre choix que d’accepter une baisse de sa rémunération. Il aura toujours la commission banque et c’est toujours mieux que rien.
Si derrière il décide de contourner les règles, il en va de sa seule responsabilité.
mais c'est vrai que la banque ne peut pas ignorer que 100 euros pour le courtier n'est pas normal; donc je comprends qu'elle ne veuille plus travailler avec ce genre de personne.
 

Patdou

Membre
mais c'est vrai que la banque ne peut pas ignorer que 100 euros pour le courtier n'est pas normal; donc je comprends qu'elle ne veuille plus travailler avec ce genre de personne.
La banque ne l’ignore pas mais à ces 100€, il faut rajouter la commission qu’elle versera. De plus, actuellement le choix est simple pour le courtier soit il accepte une réduction de sa rémunération client pour contenir le TEAG au niveau du taux d’usure soit il n’a rien.

C’est pareil pour le client la marge de négociation est quasi nulle aujourd’hui.

La plus value d’un courtier en ce moment, en dehors de quelques cas, est inexistante.
 
Haut