Kafka à la Banque Postal ....

Dzalath

Nouveau membre
Sauf avis contraire, je trouve interessant de partager mon expérience concerant la gestion de mon compte courant à la Banque Postale.
Je poste donc la copie de la lettre que je viens de leur faire à titre d'expérience et de témoignage.

Madame, Monsieur,

Sans préavis et du jour au lendemain et me laissant sans ressources, vous êtes intervenus sur mon compte pour porter mon autorisation permanente de découvert de 1300€ à 150€.
Malgré mes multiples et couteux appels au 3639, je n'ai pas eu d'explication recevable d'une telle intervention.
En effet, avant votre intervention et sauf avis contraire et circonstancié de votre part, j'ai utilisé cette autorisation de découvert dans le respect des clauses qui le régissent.
1. Je n'ai jamais dépassé le montant de 1300€ qui m'était autorisé.
2. Je n'ai jamais dépassé 30 jours consécutifs de découvert.
3. Le solde moyen de mon découvert oscille entre 600 et 700€, ce qui me place loin d'un risque de dépassement des 1300€ autorisés.

Par cette intervention vous m'avez sciemment mis en position d'insolvabilité et de dépassement de découvert. De fait vous avez bloqué un chèque qui aurait été honoré sans cela en me menaçant d'interdit bancaire et avez bloqué l'usage de ma carte bleue.

Du coté de mes démarches, voici ce que j'ai fait:
1. Je suis aussitôt aller voir ma conseillère qui, me faisant comprendre que ce n'était pas son problème, m'a renvoyer sur le centre de Lyon.
2. J'ai passé plusieurs coup de téléphone à 0,15 centimes d'euros la minute, en ayant chaque fois un interlocuteur différent plus ou moins impliqué dans la gestion de ses appels.
3. Semblant prendre en compte ma situation, vos services ont toutefois apporter un réponse "ubuesque" à ma demande de retrouver l'usage de mon autorisation de découvert initiale, soit 1300€. En effet cette autorisation à été " généreusement" et arbitrairement portée à 1000€. Or ce montant , à 50€ près ne permettait pas que soit honoré le chèque bloqué !
4. J'ai donc du continuer à appeler à mes frais vos services pour obtenir un paiement exceptionnel de ce chèque, ce qui me mettait au passage en situation de dépassement de découvert !
5. Pour ne pas rester dans cette situation bancairement "dangereuses" , j'ai encore appelé a mes frais vos services pour négocier une aberrante autorisation exceptionnelle de découvert à 1300€ pour trente jours alors que c'est le montant que j'avais en permanence et dont je faisait un usage "dans les clous".
6. Cela fait, je constate que l'usage de ma carte bleue m'est toujours interdit. Je téléphone encore à mes frais Jeudi 28 Février en fin de journée et un conseiller très très perspicace m'invite à faire " confiance aux ordinateurs qui moulinent la nuit " et que je retrouverais l'usage de ma carte bleue Vendredi 29 Février à partir de 8h30.
7. Or Vendredi 01 Mars au matin, je n'ai toujours pas l'usage de ma carte bleue. Mais que font vos ordinateurs quand ils "moulinent" toutes une nuit ?
8. j'ai donc appeler , encore à mes frais, Samedi 02 Mars, pour m'entendre dire par la conseillère que ce qu'elle lisait sur l'écran de vos fameux ordinateurs, c'est que l'usage de ma carte me serait rendu Lundi 04 Mars au matin. Je n'ai eu aucune explication de cet état de fait si ce n'est qu'elle devait s'imposer à moi comme une évidence quasi divine tant elle était incontestable puisqu'écrite sur l'écran de vos ordinateurs.
9. Enfin, ce jour, Lundi 04 Mars, je n'ai toujours pas l'usage de ma carte bleue !

Lassé et révolté par ce parcours kafkaïen dans les méandres de vos services, je choisis de prendre du recul et de cesser de payer des appels à des conseillers impuissants et conditionnés à l'absurde en optant pour l'écrit.
Il n'en demeure pas moins qu'au vue de ce que je viens de décrire je suis légitimement fondé à vous demander:
1. Que me soit donner des explications fondées sur l'intervention de vos services sur mon compte.
2. Que me soit remboursé l'intégralité de frais occasionné par l'intervention de vos services, appels téléphoniques et frais d'intervention.
3. Que mon autorisation de découvert soit rétablie dans sa formule initiale, a savoir 1300€ permanent.
4. Et qu'enfin me soit rétabli dans les plus bref délais l'usage de ma carte bleue !

Je ne sais qu'elle suite vous et vos ordinateurs donnerez comme suite à mon courrier et à mes demandes.
Pour autant soyez assurer que de mon côté, je vais m'astreindre à donner toutes la publicité que je pourrait via les réseaux sociaux et les associations de consommateurs à cette triste aventure.

Recevez, Madame, Monsieur, mes salutations respectueuses.
 
U

user28029

Sauf avis contraire, je trouve interessant de partager mon expérience concerant la gestion de mon compte courant à la Banque Postale.
Je poste donc la copie de la lettre que je viens de leur faire à titre d'expérience et de témoignage.

Madame, Monsieur,

Sans préavis et du jour au lendemain et me laissant sans ressources, vous êtes intervenus sur mon compte pour porter mon autorisation permanente de découvert de 1300€ à 150€.

Bonjour,

Avant d'aller plus loin : cette autorisation de découvert fait-elle l'objet d'un accord préalable de votre banque et/ou est-elle spécifiée contractuellement dans le cadre d'une convention de compte par exemple ?

Dans le cas contraire (sans accord préalable et en dehors de tout contrat), l'autorisation de découvert est une simple tolérance de la banque à laquelle elle peut mettre fin sans préavis.
 

hargneux

Top contributeur
Même contractuelle elle peut aussi y mettre fin mais avec un préavis de 8 jours.
Votre histoire ne narre pas le pourquoi de la suppression. Mouvements créditeurs pas en phase avec le montant du découvert ?
Quant à exiger de remettre 1300 , ça me parait perdu le droit au découvert n'existant pas.
 
Haut