Impact des crédits revolving et prêts in fine sur la capacité d'endettement

Florent59

Contributeur
Bonjour,

Quel impact ont sur la capacité d’endettement les crédits renouvelables et les prêts in fine ?
Prenons par exemple quelqu'un qui gagne 2000€ par mois.
Sa capacité d'endettement est estimée à 33%, soit 666€ par mois (mensualité maximum).
Cette personne souscrit à un crédit renouvelable de 3000€, associé à une carte de crédit (par exemple chez Oney, Cdiscount, Fnac...)
Elle peut utiliser tout ou partie de cette trésorerie disponible à tout moment, à rembourser à son rythme : 6 mois, 12 mois, 36 mois...
Ce crédit renouvelable diminue t-il sa capacité d'endettement, si oui comment est-ce comptabilisé ?
Dans l'hypothèse où la personne n'utilise jamais le crédit renouvelable (elle utilise simplement le débit différé gratuit de 1 mois de la carte), est-ce que cela a toujours un impact ?

Concernant les prêts in fine, quel impact ont-ils ?
Imaginons que cette même personne souscrive à un prêt in fine de 10 000€ sur 3 ans.
Le capital n'étant remboursé qu'en une seule fois au bout des 3 ans, comment la banque comptabilise ? Deduit-elle seulement les intérêts d'emprunt ? Ou déduit-elle une fraction du capital, considérant que, même si la personne ne rembourse pas immédiatement, elle doit mettre de côté en prévision de l'échéance ? (comptabilisation identique à un crédit amortissable donc).

Merci.
 

hargneux

Top contributeur
Chaque banque à ses algorithmes pour définir un taux d'endettement et lorsque les dossiers sont étudiés par un "humain" chacun peut avoir ses méthodes et habitudes.
En tant qu'ancien de la banque, je peux vous dire comment je fonctionnait :

- Pour le crédit revolving, c'est un engagement par signature qui, même non utilisé au moment, peut l'être à tout moment. Donc utilisé partiellement, totalement ou pas du tout je retenais le montant de l'échéance prévue en cas d'utilisation totale, solution peut être défavorable pour l'emprunteur mais sécurisante pour la banque.

Pour les in fine, les échéances d'intérêts payables tous les mois étaient retenues. L'effort d'épargne nécessaire pour avoir le capital à rembourser au terme n'était pas compté.
 

Aristide

Top contributeur
Bonjour,

Pour les crédits renouvelables l'article D.312-27 du code de la consommation oblige les banques à prélever une échéance minimale de telle sorte que le capital dû soit remboursé en 36 mois maximum si le montant est inférieur ou égal à 3.000€ et en 60 mois maximum s'il est supérieur.
Le décret N°2011-304 du 22 mars 2011 qui a créé cet article fournit une formule complexe de calcul de cette échéance minimale jointe en annexe.

En toute logique c'est - au minimum - cette échéance qui devrait être prise en compte dans le calcul du taux d'endettement; elle inclut les primes d'assurances.

Pour les prêts in fine ce sont les intérêts plus les primes d'assurances qui sont prises en compte.

Cdt
 

Pièces jointes

  • Minimum amortissement crédit renouvelable.docx
    931,7 KB · Affichages: 3
Haut