Impact de la crise sur l'immobilier

wwolf1

Contributeur
Cela fait un an que ce sujet a été créé. On dirait que la catastrophe prévue n'a pas eu lieu. J'y vois plusieurs raisons:
- le nombre de transactions, même si il a un peu chuté, ne s'est pas effondré,
- l’état, par un soutien massif à l'economie, a accompagné la crise et evité un choc plus important,
- l'épargne des francais a augmenté.

Aujourd'hui, il me semble que les prix se sont plutôt maintenus. On dirait que ca commence à coincer dans certaines grandes villes alors que la hausse des prix continue dans d'autres. J'ai un peu du mal à trouver des chiffres fiables... par exemple qu'en est-il a Toulouse ?
Sur les secteurs que je suis, je trouve qu'il y a quand meme un certain blocage : peu de nouveaux biens sur le marché alors que d'autres sont en vent depuis bien longtemps.

De quoi sera faite la suite ? Hausse des taux ? Baisse des prix à Paris et hausse ailleurs ?

Quels sont vos avis ?
 

titif0u

Contributeur régulier
Cela fait un an que ce sujet a été créé. On dirait que la catastrophe prévue n'a pas eu lieu. J'y vois plusieurs raisons:
- le nombre de transactions, même si il a un peu chuté, ne s'est pas effondré,
- l’état, par un soutien massif à l'economie, a accompagné la crise et evité un choc plus important,
- l'épargne des francais a augmenté.

Aujourd'hui, il me semble que les prix se sont plutôt maintenus. On dirait que ca commence à coincer dans certaines grandes villes alors que la hausse des prix continue dans d'autres. J'ai un peu du mal à trouver des chiffres fiables... par exemple qu'en est-il a Toulouse ?
Sur les secteurs que je suis, je trouve qu'il y a quand meme un certain blocage : peu de nouveaux biens sur le marché alors que d'autres sont en vent depuis bien longtemps.

De quoi sera faite la suite ? Hausse des taux ? Baisse des prix à Paris et hausse ailleurs ?

Quels sont vos avis ?

Plutôt ok avec ton analyse. Perso pour évaluer l'évolution des prix dans les villes, j'utilise deux sites: Celui des notaires (avec 1T de retard au moins) et MeilleursAgents, par exemple sur Toulouse: https://www.meilleursagents.com/prix-immobilier/toulouse-31000/
 

wwolf1

Contributeur
Ah oui j'avais un peu oublié ce site: ce ne sont pas des chiffres 'officiels' mais ils sont interessants. On note bien une baisse des prix dans cette ville sinistrée par la COVID.
 

g.b

Contributeur régulier
peu de nouveaux biens sur le marché alors que d'autres sont en vent depuis bien longtemps.
Comment vois-tu cela? Des biens ne restent pas longtemps, voire ne sont même pas publiés sur seloger.com par exemple. Il y a par contre beaucoup de biens en vente depuis longtemps, et les agences les rafraîchissent parfois l'annonce en faisant croire une "nouveauté", alors que bon, on vient bien par les photos que ce n'est pas le cas.
 

yop1025

Membre
Quoiqu'il en soit, aucun bien à la vente actuellement, je suis en alerte sur LBC dans mon secteur, la ou c'etait à foison il y a encore peu, là, c'est 0 pointé, et 1 rarement....
 

Pikaoups

Contributeur
Quoiqu'il en soit, aucun bien à la vente actuellement, je suis en alerte sur LBC dans mon secteur, la ou c'etait à foison il y a encore peu, là, c'est 0 pointé, et 1 rarement....

A voir si ce constat est ou non plus général.

Si les vendeurs se mettent en position d'attente et diffèrent leur projet de vente, c'est dans l'immédiat un facteur de hausse du fait de la raréfaction des biens. Cependant, cela peut aussi être à moyen terme un moteur de baisse, si on assiste en sortie de crise à un afflux de biens sur le marchés (flux normal, gonflé de toutes les ventes qui ont été différées le temps de la crise).

En tout cas, il apparaît clair que pour le moment la catastrophe annoncée ne s'est pas produite et rien ne semble la présager tant que les taux restent bas (ce qui devrait être le cas pendant plusieurs années).
 
Haut