Danone - FR0000120644 BN

poam5356

Modérateur
Staff MoneyVox
La marque Danone est née à Barcelone en 1919.
Le fils du fondateur de Danone, et Antoine Riboud, PDG de BSN (agroalimentaire), annonceront la fusion des 2 entreprise en décembre 1972.
La nouvelle société s'appellera BSN-Gervais Danone jusqu'en 1994 où elle prendra son nom actuel : Danone.
Franck Riboud succèdera à son père en 1996 et poursuivra l'internationalisation de la société en concentrant son activité sur les produits laitiers, les Eaux et les biscuits. Ces derniers seront cédés en 2007.
En 2017, Danone entreprend un virage stratégique en faisant l'acquisition de l'américain WhiteWave, un leader mondial du bio, des laits et produits frais d'origine végétale (4 Mds$ de CA).

Une opération à 12,5 Mds$ qui a pour but de créer un leader mondial dans les produits laitiers et bio.
Une nouvelle stratégie pour accompagner les nouvelles tendances alimentaires des consommateurs en recherche d'une alimentation plus saine et durable.
Danone est aujourd'hui numéro 1 et numéro 2 mondial dans les produits laitiers frais et les produits alimentaires infantiles, numéro 2 mondial dans la vente d'eau en bouteille (Evian, Volvic notamment).
Présente dans plus de 130 pays et disposant fin 2017 de 202 sites de production à travers le monde, Danone a réalisé en 2018 un chiffre d'affaires de 24,65 Mds€, et atteint une capitalisation boursière de 46 Mds€.

Le CA par famille de produits se répartit comme suit :
- produits laitiers et produits d'origine végétale (52,5% ; n° 1 mondial)
- produits de nutrition spécialisée (28,8% ; n° 1 mondial) : aliments infantiles et produits de nutrition médicale
- eaux conditionnées (18,7% ; n° 3 mondial) : eaux naturelles ou aromatisées (Evian, Volvic, Badoit, Aqua, etc.)

Dans le cadre de cette stratégie de développement à l’international, Danone concentre ses projets dans quelques pays prioritaires. Il s’agit notamment du Mexique, de l’Indonésie, de la Chine, de la Russie, des Etats-Unis et du Brésil.
Ces 6 pays, dont la population est importante, offrent un potentiel de développement important pour Danone.

A contrario, le marché européen, 1er marché de Danone, enregistre une baisse de la consommation et freine l'activité de Danone.

Les résultats de Danone sont le reflet de ces caractéristiques :
Danone vient de publier, mardi 05 mars 2019, un chiffre d'affaires en hausse de 2,9% en données comparables pour 2018, et une marge opérationnelle de 14,45%.
Cette hausse du CA de 2,9% fait suite à une hausse de 2,5% l'année précédente.
Un analyste juge que "la progression des ventes est satisfaisante, mais la marge plus faible qu'attendu et que les perspectives 2019 sont plutôt molles".
Comparé à ses concurrents, Danone est en retrait, notamment sur la marge :
Nestlé, le géant du secteur affiche une marge de 17%. Quant à Unilever, sa marge est de 19%.
Alors que les grandes marques du secteur révisent en baisse leurs perspectives pour 2019, en raison notamment du ralentissement de la croissance mondiale, Danone table sur une amélioration de ses ratios pour cette année. Est-ce un excès d'optimisme ?
Il faut dire que la récente déconvenue de Kraft-Heinz, assortie d'un plongeon de 25% en 1 seule journée en bourse, ne va pas rassurer les investisseurs.

Pourtant, la décote de Danone par rapport à ses concurrents pourrait disparaître si la stratégie engagée avec WhiteWave se révèle payante.
Offrir des aliments moins transformés, naturels, dont on peut contrôler le parcours (traçabilité), qui sont bio, moins gras, moins salés, répond à une attente grandissante du consommateur.
Avec le rachat de WhiteWave, l'entreprise qui change de stratégie, a aussi changé de signature : "Danone, One Planet, One Health".

Le rachat de WhiteWave coûte cher :
Financé entièrement par l'emprunt, la dette de Danone est passée de 6,7 Mds€ à 15,4 Mds€, soit un ratio d'endettement de 3,52x
Heureusement que les taux restent bas. Sinon, compte tenu d'une faible progression de l'activité de l'entreprise, ils représenteraient un point de vulnérabilité pour celle-ci.

Le principal défi à relever reste l'intégration de l'américain WhiteWave. A 12,5Mds$ le défi est de taille. Mais c'est aussi le principal motif d'espérance pour les années à venir.
Selon les analystes de Citi, "Danone présente aujourd'hui un profil plus équilibré, associant croissance et rentabilité".
C'est le sentiment général qu'inspire actuellement Danone : Rien de fantastique, mais rien de mauvais non plus. Et un espoir avec le recentrage stratégique sur le naturel avec le rachat de WhiteWave.

Au cours actuels, cet espoir mérite l'intérêt, c'est certain.
Est-ce que cet espoir a de quoi pousser à entrer sur le titre : Ce n'est pas si sûr!

Quelques repères boursiers :
- Maximum drawdown : -44% en 2008/2009 lors de la crise des subprimes (le CAC 40 perdra 59% au cours de cette crise).
- Family indice : Oui
Nota :
- Family indice : Différentes études tendent à le prouver, les sociétés familiales surperforment leurs homologues non familiales.
Euronext a lancé en 2017 le premier indice européen dédié aux entreprises familiales : EN FAMILY BUSINESS.
- Max drawdown : Il correspond à la perte maximale historique supportée par un investisseur qui aurait acheté au plus haut et revendu au plus bas, et ce pendant une durée déterminée.

- PER 2019 : 17,74
- Rendement 2019 : 3,04%
- Capitalisation : 46,5 Mds€
- En 20 ans, le titre a progressé, en moyenne, de 6,42% par an.

Danone est moins sensible aux mouvements boursiers (Bêta 0,74) que ne l'est l'indice parisien.
44% de baisse en 2008, contre -59% pour le CAC40.
En 2018 : Danone a baissé de 8%, quand le CAC40 baissait de 10,5%
En 2019, entre le 1er janvier et le 8 mars, Danone a gagné 10,4%, alors que le CAC40 a gagné 11,5%



Graphiquement, en unité de temps mensuelle pour planter le décor :

Danone_10_03_2019.gif

Depuis l'origine de l'historique dont nous disposons, 1987, le titre s'inscrit dans un canal haussier.
Un excès haussier en avait fait sortir les cours par le haut en 2007.
Il sera rapidement compensé par un excès baissier en 2009.
La trajectoire du titre semble toute tracée, et est bien délimitée.
A noter le beau support LT débuté en 2010 (pointillés verts).


En UT Jour maintenant :

Danone_11_03_2019.gif

Le titre tente de s'extraire d'un canal de consolidation en vigueur depuis le plus haut atteint en décembre 2017 à 72,13€.
Les titres défensifs ont connu un regain d'intérêt suite aux dernières prévisions économiques avancées par l'OCDE et la BCE.
Regain d'intérêt qui a profité à Danone en lui permettant de sortir par le haut de ce canal de consolidation.
Nous retrouvons sur le graphique ci-dessus :
- Le grand canal haussier en bleu-clair couvrant pratiquement tout l'arrière-plan du graphique.
- Le canal de consolidation débuté fin 217 (bleu soutenu). Les cours viennent d'en sortir par le haut.
- Le support LT en pointillés verts déjà présenté sur le graphique mensuel.

Le RSI est tout proche du surachat.
La hausse n'est pas accompagnée d'une hausse des volumes.
L'action semblant correctement valorisée, et en l'absence de catalyseur à la hausse, difficile d'imaginer le titre continuer de monter encore longtemps.
 

mvhrb888

Contributeur régulier
Merci Poam.
J'en profite pour poser une petite question :
La hausse n'est pas accompagnée d'une hausse des volumes.
Que peut-on conclure de cette information ? Par exemple, si les volumes étaient en hausse qu'est-ce que ça changerait dans ton analyse ?
 

poam5356

Modérateur
Staff MoneyVox
Une hausse sans volumes, c'est comme une maison sans fondations.
Sur le plan boursier, la hausse actuelle n'est pas le fait d'un changement fondamental d'opinion des investisseurs sur le titre, mais simplement le fait des mouvements indiciels qui vont vers le CAC40 et qui profitent aux titres qui composent cet indice. Il n'y a pas que ça, évidemment, une multitude de facteurs influent sur les titres, comme les flux qui quittent les cycliques pour aller vers les défensives.
En toute logique, pour faire suite à ce que j'ai écrit, quand le marché va consolider, Danone en fera de même. Comme il a bien monté depuis le début de l'année, mieux vaut attendre un peu pour qui voudrait entrer sur le titre.
 

Davdu43

Membre
BOnjour,
Ayant ouvert mon PEA chez fortuneo j'ai accès pendant 3 mois a des données assez techniques et qui m'ont l'air d'être utiles si on sait les interpréter. L'abonnement est de 8 euros par mois par la suite.....

Qu'en pensez vous ?

4441

44404439
 

poam5356

Modérateur
Staff MoneyVox
BOnjour,
Ayant ouvert mon PEA chez fortuneo j'ai accès pendant 3 mois a des données assez techniques et qui m'ont l'air d'être utiles si on sait les interpréter. L'abonnement est de 8 euros par mois par la suite.....
Qu'en pensez vous ?
Bonjour,
Gratuit, c'est bien.
Payant, c'est pas bien : vous avez les mêmes infos qui sont dispo gratuitement sur des sites comme zonebourse ou boursorama (et sans doute d'autres).
 

Davdu43

Membre
Sans vouloir abuser de ton temps tu peux me dire ce que veux dire "surponderer"
comment interpreter le BNA et le PEG (le PER j'ai compris)
A écouter les "analystes" le signal est bon pour rentrer sur le titre. Ca te semble cohérent , toujours dans un objectif B&H ?
 

poam5356

Modérateur
Staff MoneyVox
Sans vouloir abuser de ton temps tu peux me dire ce que veux dire "surponderer"
Surpondérer, c'est donner plus de poids à un actif au détriment d'un autre. Par exemple, actuellement les investisseurs surpondèrent les actions par rapport aux obligations dans les portefeuilles. Autrement dit, ils augmentent la part d'actions et diminuent celle des obligations.

comment interpreter le BNA et le PEG (le PER j'ai compris)
BNA, ou BNPA, c'est le bénéfice par action... Chiffre clé s'il en est pour l'investisseur qui suit l'évolution de l'entreprise dont il détient des actions. Ce chiffre est intéressant puisqu'il est ramené à 1 action. On peut donc comparer l'évolution de l'entreprise dans le temps, même si le nombre d'actions a varié, ce qui est très fréquent.

Prenons Danone : le BNA était de 2,79€ en 2016, puis 3,91 en 2017, 3,63 en 2018 et est estimé à 3,77 en 2019.
On constate une petite baisse de régime en 2018. Rien de bien méchant.

De ce BNA, sera tiré les fonds pour rémunérer les actionnaires : le dividende.
Pour Danone : le BNA 2018 était de 3,63€ par action. Le dividende a été fixé à 1,94€. Il reste 3,63 - 1,94 = 1,69€ dont l'entreprise va pouvoir disposer pour investir dans son outil de travail (par exemple).

et le PEG (le PER j'ai compris)
Le PER : A l'inverse du BNA qui permet de comparer la rentabilité de l'action au fil des années, le PER va permettre de comparer la société aux autres sociétés du même secteur.

Son calcul est extrêmement simple :
PER = Cours de l'action/BNPA

pour Danone, ce soir : 70€/3,77 (BNA attendu en 2019) = 18,56.
On peut comparer Danone à ses concurrents :
Nestlé par exemple : PER 2019 à 24,15
ou encore Kellogg : PER 2019 à 14,35
Danone est entre les 2.
Est-ce à dire que Nestlé est trop cher, et Kellogg bon marché?
Oui et non.
Oui par les chiffres, mais la différence s'explique par les activités, par les zones géographiques dans lesquelles les entreprises exercent leur activité.
Kellogg a un PER plus faible, mais a aussi une activité concentrée sur les céréales pour le petit déjeuner.
A l'inverse, Nestlé a une large palette d'activités, des boissons aux confiseries, en passant par des produits pharmaceutiques, laitiers, glaces, compléments nutritionnels ou aliments pour animaux de compagnie.

Une activité en particulier peut connaître une baisse de régime sans qu'elle n'impacte le résultat de l'entreprise (si cette activité n'est pas dominante, bien sûr). Nestlé offre donc plus d'attraits aux investisseurs qui investissent plus sur cette entreprise... Le cours monte et le PER est plus élevé.
A l'inverse, Kellogg étant très dépendant de ses céréales, les investisseurs ne sont pas prêts à se jeter à l'achat sur le titre... Son PER est plus faible.

En résumé : Au delà des chiffres, il faut détailler les diverses activités des entreprises pour se faire une réelle idée de ce que chacune vaut réellement.

A écouter les "analystes" le signal est bon pour rentrer sur le titre. Ca te semble cohérent , toujours dans un objectif B&H ?
Je te remets ce que j'ai écrit plus haut, dans le 1er post :
"Le RSI est tout proche du surachat.
La hausse n'est pas accompagnée d'une hausse des volumes.
L'action semblant correctement valorisée, et en l'absence de catalyseur à la hausse, difficile d'imaginer le titre continuer de monter encore longtemps."

Alors, oui, ça peut continuer de monter, tout monte. Danone accompagne naturellement la hausse du marché parisien et du CAC 40 puisque le titre en fait partie.
Sans doute que l'accord à venir entre Chine et US va donner une impulsion haussière aux marchés.
Ce sera peut-être le bouquet final qui marque toute fin de cycle.
Je viens de lire un article qui dit que 67% des directeurs financiers US anticipent une récession avant fin 2020.
Récession US, si jamais elle arrive, alors les marchés vont baisser... Et souvent nous baissons encore plus que les US.
Danone est une excellente société, elle figure en bonne position dans cette étude que j'avais réalisée "Si vous aviez acheté ces actions, il y a 18 ans".
Le niveau des marchés invite à la prudence. Il y a plein de titres que j'aimerais acheter.... Mais je suis plutôt aux prises de bénéfices qu'aux achats depuis quelques temps!
 

mvhrb888

Contributeur régulier
Encore un bijou de limpidité par notre joaillier Poam !

À propos de surpondération, je me suis souvent demandé pourquoi les fameux analystes distinguent "acheter" et "surpondérer" (de même par symétrie, "vendre" et "soupondérer").
Si, à un moment donné, on pense qu'il est intéressant de renforcer une position que l'on possède déjà, il sera également intéressant d'en créer une, non ?
 

Davdu43

Membre
Merci Poam pour cette analyse de haute voltige. Quand je pense que certains financent ces analyses !!! Bravo et merci pour la communauté.
 
Haut