Changement des règles d'investissement sur les fonds euros SURAVENIR dès le 3/12

paal

Top contributeur
Fortunéo ne fait qu'informer les souscripteurs de ses contrats, de ce qu'aura décidé l'assureur Suravenir ; et tous les courtiers de Suravenir sont donc concernés par ces mesures ....
Pour remonter cette autre file qui concerne la politique de Suravenir, en faisant porter ses conditions sur les seuls versements futurs, dont avec une logique différente de celle de Generali ….
 
Dernière modification:

mvhrb888

Contributeur régulier
Bon je sais je me répète mais même MoneyVox le dit à présent: N'ayez pas peur des UC, et faites vous conseiller:
Il ne le dit pas de manière tranchée. Et les commentaires qui suivent l'article sont aussi intéressants et évoquent les raisons pour lesquelles il faut avoir peur des UC.
 

Charly26

Contributeur régulier
Et les commentaires qui suivent l'article sont aussi intéressants et évoquent les raisons pour lesquelles il faut avoir peur des UC.
m'ouais ...
Quand on détaille ça tient + lieu de l'assurance bashing, le méchant grand assureur qui veut spolier les petits épargnants, on connaît la ritournelle; on l'a , dans les médias, dans la rue en fluo ou en rouge.

C'est + compliqué que cela.
Les assureurs ne peuvent + garantir - à terme - un rendement certain: ils réagissent et anticipent en communiquant - parfois mal et précipitamment - voilà tout !
Mais sur le fond (sans mauvais jeu de mots), ils ont raison.

Après y'a le débat hystérique sur les UC:
Alors oui je rappelle que toutes les UC ne sont pas aussi orientées rendement - et donc risquées - les unes que les autres, qu'il y a une échelle "SRRI" de 1 à 7, que toutes les maisons de gestion ne se valent pas non plus, et que la diversification fds € / UC est nécessaire, aujourd'hui + qu'hier.
Et oui, je prétends que épargnants & assureurs peuvent y trouver leur compte: c'est une question d'équilibre, et de subtil dosage, c'est tout !

Par ailleurs, je signale et rappelle aux obsédés du non-risque et du tout fond en €uros que:
- les fonds € dynamiques sont en réalité des UC déguisés en fonds en €uros (il y a des actions et de l'immo dedans)
- les fonds en €uros "classiques", en résumé c'est l'épargnant qui prête à des Etats réputés "notoirement solvables" et même parfois qq obligations "corporate" càd de grandes Entreprises
=> La France par exemple qui empile chaque année de 50 à 70 milliards de déficit dans son stock de + de 2100 milliards de dettes. Mais aussi l'Italie.
Or on sait depuis Lehman - mais en réalité l'Histoire montre que très souvent -qu'un Etat peut faire défaut sur sa dette.

Loin de moi tout catastrophisme, je veux simplement exprimer l'idée qu'il faut vivre avec un certain risque, et ne pas se laisser bercer d'illusions. Si les assureurs nous incitent à aller vers les UC, c'est juste parce que les fonds en euros se dirigent - certes plus lentement qu'ils ne veulent bien le reconnaître - vers une impasse.
Et comme vigie du temps long, les assureurs réagissent voire sur-réagissent.

J'espère avoir été + clair.
Bonne nuit à tous.
 

Manu215

Contributeur régulier
Et les commentaires qui suivent l'article sont aussi intéressants...
Je précise tout de suite que l'alsacien Manu du SFIP qui commente l'article, ce n'est pas moi...:sourcil:
Et dans ce qu'il dit au sujet des bulles, je ne suis pas trop d'accord.
Tout le monde dit qu'il y a des bulles partout, certains investisseurs dans les grandes boîtes de gestion le disaient aussi en ce début d'année 2019.
Résultat : bon nombre de ceux-là ont loupé l'année 2019 avec un CAC de +25%, un DJ de +20%, un NASDAQ de +28% et un S&P500 à +29%.
Sauf catastrophe d'ici 3 semaines, 2019 aura été une excellente année boursière.

Si les assureurs nous incitent à aller vers les UC, c'est juste parce que les fonds en euros se dirigent - certes plus lentement qu'ils ne veulent bien le reconnaître - vers une impasse.
Et comme vigie du temps long, les assureurs réagissent voire sur-réagissent.
Hum, je ne sais pas.
Je ne crois pas trop en la "bienveillance" des assureurs à notre égard...:unsure:
Je crois surtout que s'ils veulent orienter l'épargne vers les UC, c'est parce qu'ils ne veulent pas continuer de garantir un fonds qui grossit années après années et de servir des taux de rendement dont les taux réels sont entrés en territoire négatif. Un taux qui baisse affiché en vitrine, c'est pas du plus bel effet.

D'ailleurs je le vois gros comme le nez au milieu de la figure : le "slogan" qui accrochera l'épargnant futur ne sera plus le taux du fonds € maison, mais le rendement de leur contrat selon un profil de risque. Ils vont mettre cet aspect en avant, en indiquant bien que la gestion sous mandat (payante, mais ce sera écrit en tout petit) est une solution qui rassure l'épargnant frileux ou qui ne veut pas se prendre la tête à devoir gérer son contrat...
Bon, je radote, car je crois que je l'ai déjà dit il y a quelques semaines...;)
 

mvhrb888

Contributeur régulier
Par ailleurs, je signale et rappelle aux obsédés du non-risque et du tout fond en €uros que:
- les fonds € dynamiques sont en réalité des UC déguisés en fonds en €uros (il y a des actions et de l'immo dedans)
C'est évidemment faux !
La séduction commerciale et le style cool ne suffisent pas pour faire une vérité.
Les fonds euro dits "dynamiques" contiennent plus d'immobilier et d'actions que les fonds euro classiques. Ils sont par conséquent plus volatils. Il n'est pas impossible que leur rendement devienne un jour inférieur à celui des fonds classiques. Mais dans tous les cas le capital du fonds euro, que celui-ci soit classique ou dynamique, est contractuellement garanti par l'assureur, ce qui n'est pas le cas des UC.
 

paal

Top contributeur
Je crois surtout que s'ils veulent orienter l'épargne vers les UC, c'est parce qu'ils ne veulent pas continuer de garantir un fonds qui grossit années après années et de servir des taux de rendement dont les taux réels sont entrés en territoire négatif. Un taux qui baisse affiché en vitrine, c'est pas du plus bel effet.
C'est tout le problème de la démarche publicitaire des assureurs, qui jusqu'à présent se tenaient par le taille pour savoir qui affichera la meilleure performance de l'année (mais des seuls fonds Euros …)

Alors certes, c'est important pour la majorité des souscripteurs qui ne tiennent compte que de cet élément, et comme ils apparaissent majoritaires, les assureurs avaient choisi cet élément de comparaison de façon préférentielle ….

D'ailleurs je le vois gros comme le nez au milieu de la figure : le "slogan" qui accrochera l'épargnant futur ne sera plus le taux du fonds € maison, mais le rendement de leur contrat selon un profil de risque. Ils vont mettre cet aspect en avant, en indiquant bien que la gestion sous mandat (payante, mais ce sera écrit en tout petit) est une solution qui rassure l'épargnant frileux ou qui ne veut pas se prendre la tête à devoir gérer son contrat...
Bon, je radote, car je crois que je l'ai déjà dit il y a quelques semaines...;)
Si on poursuit le raisonnement, c'est une évolution logique, mais elle va se heurter à la répulsion toujours présente des épargnants .....

On peut envisager que cette masse d'épargnants ira se partager en plusieurs orientations :
- les premiers, déjà investisseurs de supports libellés en UC, ne constateront qu'une élévation du pourcentage d'UC détenues, et cela au détriment des fonds Euros qui auraient vocation à disparaître (puisque ne rapportant plus suffisamment …)

- une tranche intermédiaire qui ne sont pas nécessairement habitués aux UC mais qui, seront au départ tentés par des mandats de gestion ; mais s'il advenait que ces mandats ne produisent pas des résultats satisfaisants, auront ensuite tendance, soit à opter pour une gestion libre, soit à se replier sur la génération qui suit ci-dessous ...

- les derniers, devenus très frileux pour qui, que la gestion soit ou non confiée au travers d'un mandat, ce type d'investissement ne fera plus partie de leur terrain de jeu, et ceci quel que soit leur âge (sauf peut-être dans un seul objectif transmissif) mais en procédant sur des contrats avec primes versés après les 70 ans ; ils tenteront alors de faire du yoyo sur ces contrats, le tout après avoir renforcé les versements avant 70 ans ….

Comment se répartiront les transactions sur ces masses d'épargnants, l'avenir nous le dira, mais cela pourra aussi prendre quelques temps ....
 
Dernière modification:

Manu215

Contributeur régulier
Paal, elle est intéressante votre classification d'épargnants et certainement assez juste.

Mais pour ma part, je n'ai absolument aucun doute sur la capacité des assureurs à "vendre des glaces à un esquimau".
Quand tous les produits financiers "garantis" auront des rendements ridiculement bas, car les taux vont rester bas pendant un moement (et même s'ils remontent, la remontée des taux de l'épargne ne va pas suivre dans la seconde), les épargnants finiront par se tourner vers des contrats à UC, en gestion libre, pilotée ou sous mandat.
 

paal

Top contributeur
Paal, elle est intéressante votre classification d'épargnants et certainement assez juste.

Mais pour ma part, je n'ai absolument aucun doute sur la capacité des assureurs à "vendre des glaces à un esquimau".
Elle est marrante votre parabole, et comment appelle-t-on communément une glace assortie d'un bâtonnet ??

Mais elle m'aura fait penser à l'attitude opposée de deux représentants de chez Bata (Bata c'est mes pompes de Georges Marchais …) :
- le premier revenant de sa prospection, en indiquant = c'est terrible, personne ne porte de chaussures, et on ne pourra rien y faire
- le second revenant également de sa prospection, en indiquant = c'est FORMIDABLE, il y a un marché énorme car personne ne porte de chaussures ….

Pour moi qui suis allé dans ce type de contrées, et lorsque les autochtones portent des tongs (avec une clé de sol au-dessous), c'est déjà un énorme progrès .....

Quand tous les produits financiers "garantis" auront des rendements ridiculement bas, car les taux vont rester bas pendant un moment (et même s'ils remontent, la remontée des taux de l'épargne ne va pas suivre dans la seconde)
Tellement bas, d'ailleurs que ces rendements seront de nature à ce que les épargnants se détournent de ce produit ….

Bien entendu, je vis au milieu d'organismes associatifs, et lorsqu'il m'arrive d'évoquer les taux actuels de rendement, beaucoup d'interlocuteurs m'indiquent vouloir se tourner encore davantage vers l'immobilier ; et pour eux, percevoir un loyer d'un certain montant annuel, c'est incontournable ; si en plus c'est une plus-value à l'occasion d'un changement d'adresse, c'est que du bonheur ….

Et je crois davantage à cette migration là, qu'à une généralisation d'une gestion sous mandat, sur des produits boursiers (ils se limitent à cela) dont ils ne connaissent pas grand chose, si ce n'est que c'est un placement savonnette (sic) ….

Les épargnants finiront par se tourner vers des contrats à UC, en gestion libre, pilotée ou sous mandat.
Je vous dirai comment auront réagi l'une de mes nièces d'une part, ainsi qu'un ancien collaborateur, pour qui les choses ne lui semblent pas avoir changé ; je lui ai juste écrit = rendez-vous au prochain versement .....

Alors il va falloir que je lui déniche une super UC à progression positive permanente sur une période glissante qui soit exemplaire ....
 
Dernière modification:

Manu215

Contributeur régulier
Elle est marrante votre parabole, et comment appelle-t-on communément une glace assortie d'un bâtonnet ??
C'est justement là qu'est le jeu de mot....;)

Tellement bas, d'ailleurs que ces rendements seront de nature à ce que les épargnants se détournent de ce produit ….
Oui, mais que faire? Nous sommes dans une période où le rendement qui rapporte ne rime plus avec la garantie du capital. L'épargnant n'y peut rien, à lui de faire le choix de savoir ce qu'il veut dans ce contexte, en ayant bien conscience des avantages et inconvénients.
Alors je sais qu'en ces moments de contestations, ces épargnants-là pourraient aller manifester et crier à l'injustice des taux faibles, mais je crains que ce genre de revendication ne soit guère entendue...:ROFLMAO:

...beaucoup d'interlocuteurs m'indiquent vouloir se tourner encore davantage vers l'immobilier
Comme si l'immobilier était à capital garanti...!
Alors autant les 6000 du CAC, on est au moment où les violons s'accordent sur le LA du hautbois et on a encore droit à une belle cacophonie, autant l'immobilier, on a déjà bien commencé le concert et l'harmonieux son des violons commence à se faire entendre.
(C'est ma soirée parabole...).
Autrement dit, la bulle action va commencer a se constituer, mais celle de l'immo est déjà là. Et elle va continuer de grossir si les banques poursuivront la politique des taux très bas et des durées très longues en 2020 (ce qui a été un peu stoppé en cette fin d'année, les banques ayant déjà atteint leurs objectifs, les taux d'emprunt ont un peu remonté).
Le problème dans tout ça est que personne ne sait quand ça va arriver....

Alors il reste la pierre papier dont on sait que les rendements s'érodent lentement d'années en années, même si les taux restent encore intéressants et même avec des droits d'entrées qui plombent le rendement au début.
Et l'immobilier est peu liquide, on ne peut pas détourner tout son patrimoine vers l'immobilier : c'est une erreur de si peu diversifier.
 
Dernière modification:
Haut