Bercy : charge de La dette, et hypotheses d'inflation pour le quinquenat

lebadeil

Contributeur régulier
Hypothèses de Bercy sur la charge de la dette (dette proche de 112% du PIB), et d'inflation pour le quinquennat ...
Malgré une charge de la dette bien plus lourde sur les années à venir, les hypothèses de Bercy paraissent bien optimistes.
Votre avis ?
 

Pièces jointes

  • La Dette [Les Echos - 3 Août 2022].pdf
    295,3 KB · Affichages: 17

Aristide

Top contributeur
Bonjour,
Mais un impact qui resterait relativement contenu en proportion du PIB, grâce à une prévision de croissance robuste, une inflation modérée et un retour du déficit sous la barre des 3 % en fin de quinquennat. Avec une dette publique proche de 112 % de PIB tout au long de la législature, selon les chiffres de l’exécutif,
Mais si :

+ Par rapport aux actuels 112% du PIB la dette publique effectivement constatée ne régresse pas, voire, au contraire, qu'elle s'accroisse encore,

Ou/Et

+ La croissance future effectivement constatée est "moins robuste", voire beaucoup "plus molle" que l'annonce la prévision,

Ou/Et

+ Le déficit ne revient pas en deçà des 3% du PIB, voire qu'il augmente encore,

=> "L’exécutif" nous expliquera demain pourquoi ce qu'il avait prévu hier n'est pas arrivé aujourd'hui !!!:)

Cdt
 

lebadeil

Contributeur régulier
Merci @Aristide pour ton avis.
Je crains aussi qu’on prenne ce chemin. On annonce des objectifs (ambitieux voir non réalistes) pour faire bonne figure auprès de Bruxelles, puis on expliquera les écarts.
 

zizou

Contributeur
La BCE vient d’annoncer un dispositif de rachat de dettes publiques pour les états comme l’Italie ou la France qui seraient attaqués .

Depuis la crise de 2008 , les états ont profité de la générosité de la BCE qui fait marcher la planche à billets .

Depuis 2008, plus de 6500 milliards de dettes publiques ont étés rachetés .
Rome emprunte aujourd’hui à 3, 5 % sur 10 ans , Berlin autour de 1 % , et Paris à 1, 6 % .
La France empruntait en début d'année à un taux proche de zéro .
Une augmentation de 1 % , se traduit pour le budget de l'état au bout de 10 ans à une hausse annuelle de 40 milliards

La BCE se donne le loisir de voler au secours d’un ou de plusieurs pays mais il y a des conditions

Les pays concernés comme la France ou l’ Italie devront respecter le cadre budgétaire européen :

-Ne pas avoir de dette excessive

-Cette dette devra être soutenable

Si ce dispositif s’appliquait à la France , nous serions en perte de souveraineté.
La croissance y est surévaluée .
Il serait temps d’expliquer que si la zone euro risque de se fragmenter , c’est en partie à cause de la mauvaise gestion de la France
 
Haut