Avantages / inconvénients transférer PREFON vers un PER ?

agra07

Contributeur régulier
Bonjour je voulais savoir vu que j'ai beaucoup de points en c0 si c'est mieux de tout reverser en C1 car j'ai appelé la prefon et chacun me dit ce qu'ils veulent. Je vous remercie d'avance je suis un peu perdue
Un point important est l'évolution des coefficients d'ajournement qui dorénavant est très ralentie. Tout dépend donc du nombre de mois ou d'années qui vous separent de la liquidation.
 

BETO29

Membre
Sincèrement, je pense qu'il est nécessaire d'arrêter les questionnements..
À partir du moment ou la COREM vient à baisser les droits à rente viagère de 12,6% il ne faut pas s'attendre à plus prodigieux dans le temps concernant la PREFON.

En 2021 ces derniers revalorisaient le point de la rente à 0,21 %.... 0,21 % !!

Transférer sur un PER c'est se donner la possibilité d'opter pour un contrat pouvant aller jusqu'à 100 % en immobilier pour les plus prudents (dépendant des assureurs), voir même du 100 % viager si on a peur du contexte actuel. Possibilité de mettre du fonds euro, d'investir progressivement son épargne, de VISUALISER enfin ce qu'on a et comment cela peut avancer.

Enfin bref, de ce que je constate au quotidien rien ne peut être plus mauvais que la PRÉFON, (sauf la COREM qui détient le titre de champion du monde de la spoliation).
Ci-après des éléments "vécus" suite au contrat PREFON alors que je m'inquiétais, en février 2020, d'une baisse significative de la valeur de transfert du contrat.
J'ai décidé de faire mon deuil d'une rente en transférant le capital restant chez AGEAs (PEr Zen) via un courtier. Les performances futures ne pourront pas être pires que chez la Prefon et, au moins, plus de transparence et j'ai "la main" sur les fonds.
Après le Corem, la Prefon c'est le petit frère "siamois" 😒

RÉPONSE DE LA PREFON
Vous avez constaté une variation de la valeur de transfert par rapport à celle annoncée lors de votre précédent bulletin de situation et nous souhaitons vous apporter toutes précisions utiles à une bonne compréhension.
Tout d’abord, nous tenons à rappeler que le régime Préfon-Retraite a pour objet de garantir une rente à vie. Il n’y a pas d’engagement sur le montant du capital puisque ce régime en points est avant tout un régime en rentes. Vos versements sont convertis en points et vous permettent de vous constituer un montant de rente calculé en fonction de la valeur de service du point. Cette valeur qui ne peut pas baisser, est déterminée chaque année par l’assureur en concertation avec l’association Préfon.
Ainsi, la garantie portée par l’assureur est double :
Pour chaque Euro cotisé, le montant de la rente à 60 ans est connu.
La rente acquise ne peut pas baisser.
La règlementation applicable aux régimes de retraite en points a évolué considérablement au cours des dernières années. Ces évolutions ont permis aux affiliés de pouvoir percevoir tout ou partie des droits acquis sous forme de capital.
La mise en vigueur du dispositif de la loi PACTE a fait revoir cette modalité de fonctionnement. Dans ce cadre, conformément à l’article D441-22 du code des assurances et à l’article 8.2 de l’avenant à la notice d’information, le calcul de la valeur de transfert a été modifié et s’applique à l’ensemble des assurés depuis le 1er décembre 2019.
Jusqu’à présent (avant la Loi PACTE) pour déterminer le capital, l’assureur actualisait les rentes à venir en fonction de la courbe EIOPA (le régulateur européen) ce qui avait pour conséquence de rendre cette valeur très variable d’une année sur l’autre, sans beaucoup de lien avec l’épargne constituée et très dépendante de l’âge de la personne. Schématiquement une personne de 20 ans se trouve avec des rentes actualisées à un taux moyen élevé, alors que pour une personne de 60 ans cela se fait avec des taux très bas voire négatifs sur les 1ères années (pour une même rente, plus les taux sont élevés, plus le capital nécessaire est faible). Pour une même épargne donc, la personne de 20 ans se retrouve avec un capital largement plus faible (voire inférieur à ses cotisations) que la personne de 60 ans (valeur très supérieure à ses cotisations). Cela était illisible pour nos affiliés.
Depuis la création du PER, la valeur de transfert est égale à la somme des cotisations nettes de prélèvements sur versement, revalorisées de façon actuarielle à un indice annuel commun à l’ensemble des affiliés. L’indice de revalorisation annuel est positif ou nul, avant imputation des prélèvements de gestion. Cet indice est déterminé chaque année par l’assureur après concertation avec l'association et dans le respect des conditions prévues au B de l’article D 441-22 du code des assurances. Sous réserve du taux de couverture de régime. Depuis 2008, le taux moyen de revalorisation du capital est en moyenne de 2%.
Ce mode de calcul préserve l’équité pour tous, il est plus lisible car en lien avec les cotisations.
De fait, entre le calcul qui a été communiqué en 2018 (ancienne règlementation) et celui de 2019 (nouvelle réglementation) il peut y avoir une variation qui est d’autant plus forte que l’on est proche de la retraite. La garantie sur la rente étant inchangée.


MAIL ADRESSÉ EN RETOUR (DEMEURÉ SANS RÉPONSE ... ÉVIDEMMENT !)

Bonjour !
Puisqu'il n'y a aucune garantie de capital comment garantir une rente à vie si le "taux de couverture du régime " n'est pas assuré ????
Je suis, pour le moins, désabusé...et particulièrement inquiet !
Je réitère donc ma demande précédente : quelle est, à ce jour, la valeur de transfert de mon contrat Prefon-Retraite ?
Il me semble que je doive vite quitter ce "Titanic" financier.... ce qui a dû être le cas pour de nombreux adhérents en 2019 et expliquerait ainsi la modification des modalités de fonctionnement.
Seriez-vous à même de me communiquer, pour les 5 dernières années, nombre de cotisants, allocataires , les cotisations encaissées, montant des rentes versées, rente moyenne (annualisé), réserves financières, performances des supports financiers sur lesquels les fonds ont été engagés et, surtout, nombre de transferts de contrats effectués.

Peut-être que sur la base d'éléments tangibles aurais-je envie de continuer à croire en la pérennité de ce contrat.
Sincèrement

EXTRAITS DU MAIL ADRESSÉ À "MON" DÉPUTÉ (RÉPONSE POLIE... MAIS "RIEN" SUR LE FOND...)
Monsieur le Député,

J'ai l'honneur de porter à votre connaissance certains éléments qui ne manquent pas de me troubler quant à l'opacité des informations et aux modalités de gestions transmises par la Prefon relatives au contrat PREFON-Retraite.
J'ai souscrit en 1984,(...) à ce contrat de rente viagère qui, au vu des éléments communiqués via les notices d'information parées d'éloges flatteuses, notamment de l'Etat, me semblait pouvoir allier un bon compromis entre attractivité financière et rendement sur le long terme pour le versement d'une rente.
(...) subitement, la valeur de transfert de mon contrat a brutalement "décroché" entre le 31.12.2018 et le 31.12.2019 ( - 24 797,71 €, tout de même ). Contactée par mail, la Prefon me répond dans un sabir qui m'a plongé dans des abîmes de perplexité.
Suite à un nouveau courriel, très vindicatif, adressé suite à cette réponse peu satisfaisante, nouveau courriel de la Prefon.
Ce brusque "décrochage" ne serait-il pas plutôt la conséquence d'un exode massif de souscripteurs à ce contrat, qui ont saisi l'opportunité offerte par la mise en place du nouveau PER pour migrer vers d'autres contrats, ce qui aurait occasionné la « correction" de cette donnée, pour endiguer ainsi le flot des partants ?
Loin de me rassurer, j'ai plutôt le sentiment d'avoir été, pour le moins spolié*, via des décisions prises au sein d'un organisme sans que, à aucun moment, une information complète et transparente ne m’ait été communiquée.
À ce jour, je ne sais pas de quoi l'avenir de ce contrat sera fait et je me pose beaucoup de questions sur la "transparence" vantée par Prefon, les performances à venir, « la couverture du régime » ...
En vous interpelant, Monsieur le Député, je ne me nourris guère de chimères sur une modification radicale des modalités de fonctionnement de cet organisme mais j'espère, sincèrement, qu'un élu du Peuple aura à cœur d'aller voir plus en profondeur les rouages qui sont à l'œuvre pour vendre ce "miroir aux alouettes" paré de, presque, toutes les vertus.

Si je me réfère aux évènements récents qui ont agité les sphères institutionnelles quant au projet d'un système de retraite universel à points, vigoureusement contesté par les syndicats représentatifs, les mêmes qui gèrent (alternativement ou en commun) le régime Prefon-Retraite, j’aurais tendance à comprendre pourquoi nombre des «forces représentatives de la Nation » s'y’opposaient avec autant de vigueur… puisqu’ils connaissent bien les limites d’un tel système !

J'espère que le régime Prefon-retraite, très souvent porté au pinacle, ne connaîtra pas à l'avenir les mêmes turpitudes qu'un autre régime (CREF) : il n'y a parfois pas loin du Capitole à la Roche Tarpéïenne...

(...)
* en effet, si je comprends bien les termes de cette réponse, il semblerait qu'aurait été versé dans une espèce de "pot commun" la valeur atteinte (ancienne réglementation) pour "lisser" les effets de l'adaptation au nouveau PER. Solidarité faite à mon corps défendant puisque l'un des postulats de ce contrat était la capitalisation !
 

paraton

Contributeur régulier
Moi aussi, j'ai reçu une réponse de Prefon et j'ai pu récupérer mes bulletins de situation au 31/12/2018 et 31/12/2019.

C'est encore plus violent que je ne l'imaginais.

Du 31/12/2018 au 31/12/2019, la valeur de transfert de mon contrat qui, jusque-là était plutôt satisfaisante et évoluait tranquillement, a été amputée de 32% !

Quant à la réponse de Prefon, elle est, en moins détaillée, semblable à celle que vous avez reçue.

Ils invoquent la loi PACTE et la mise en place du PER pour "justifier" le changement de mode de calcul de la valeur de transfert, mettent en avant le fait que cela n'aura pas d'effet sur la rente servie par Prefon, prétendant une fois de plus que celle-ci ne peut pas baisser, pour minimiser l'impact de ce changement.

Comme si la perte de plusieurs milliers d'euros n'avait aucune espèce d'importance !

Pour ma part je constate comme vous que celle-ci se produit au moment précis où les autres changements décidés par Prefon - baisse mais surtout blocage injustifié des coefficients d'ajournement - conjugués à la mise en place du PER donnaient justement de l'importance à la valeur de transfert du contrat.

Mais je relève aussi que Prefon n'a absolument pas communiqué sur le futur changement de mode d'évaluation et les conséquences que celui-ci pouvait avoir sur la valeur de transfert de nos contrats. C'est peut-être un angle d'attaque.

Il y a bien eu un avenant à la notice d'information, mais celui-ci n'a été rendu public que très tardivement, à peine un mois avant son entrée en vigueur et, alors qu'il s'agissait d'un changement majeur, la note de présentation de cet avenant se gardait bien d'attirer notre attention sur les nouvelles modalités de calcul de la valeur de transfert.
 

BETO29

Membre
Bonjour !
C'est bien pour cela que je parle de spoliation . Mais il semble acquis qu'il n'y ait RIEN à attendre d'autre de la part de la PREFON pour ce qui concerne leur mode de fonctionnement : on s'auto félicité avec des "oscars" de transparence et de performance qui ne sont que des leurres...
 

BETO29

Membre
Re-Bonjour !
Juste pour le "fun" un récapitulatif des sommes versées lorsque je me suis inquiété, bien trop tard, de la mauvaise idée que j'avais eu de souscrire à ce produit (que je déconseille totalement aux "jeunes pousses" que je rencontre lorsque l'on abord le problème de la retraite, lointaine pour eux...)
 

Pièces jointes

  • versements.ods
    24,9 KB · Affichages: 13

Atys

Contributeur régulier
Donc 37.7ke versés en 18 ans pour une valeur de transfert de 53.9ke
+42% . Cela correspond à un mauvais fond en euro.
 

BETO29

Membre
On est bien d'accord c'est pour cela que, malgré la rente "promise" (pari sur ma mort lointaine), j'ai décidé de reprendre ma liberté. PREFON = piège à .... (dont j'ai fait partie☹️). Comme tant d'autres "systèmes" mis en place, soit par l'Etat-Moloch ou d'autres émanations, ça "explose" ou "implose"...
 
Haut