AV changement UC en fonds en euro

Sluwp

Contributeur régulier
Le contrat était donc 100% en UC actions depuis 2000 ? D'un côté cela m’étonne, et de l'autre il faut reconnaitre qu'on était alors dans un marché haussier depuis 12 ans, voire 20 ans. (un peu comme aujourd'hui tiens :oops:)
 

rémois

Contributeur régulier
Quand je vois les affres par laquelle ce placement est passé (jamais arbitré par mes parents) :
-investissement (brut) en juillet 2000 (pas de bol, on n'est pas doués pour le bon timing dans la famille...)= 76 k€


Je ne voulais pas louper l'opportunité de mettre fin à ce yoyo (ma maman a 75 ans et elle va en avoir besoin).
Après, c'est sûr qu'il ne faut pas calculer la rentabilité de ce placement sur 20 ans : un vrai désastre...

:eek:
Ah oui... quand même: du total UC actions d'entrée et sans filet et en juillet 2000 avec une somme relativement conséquente!
Cela pour des personnes proches de la retraite à l'époque et alors que les marchés avaient quand même beaucoup monté déjà.... comme Sluwp, ça me laisse pensif.

Ils sont "forts" (2nd degré;)), les conseillers du CA, pour avoir proposé cela... ou plutôt pour avoir laissé faire cette totale prise de risque sans tempérer l'enthousiasme des clients, de votre père apparemment.
Même si le client est partant pour prendre de tels risques, voire l'a demandé... c'est leur rôle théoriquement de conseiller le client au mieux, vu les frais d'entrée et autres divers frais sur ce genre de contrat (c'est la justification de ces frais, paraît-il, le conseil et le suivi:sneaky:)... et donc de le freiner éventuellement quand il y a trop de risques pris.
Mais bon, un maximum d'UC et en plus des fonds maison (Amundi = CA), ça faisait un maximum de frais et de commissions pour le bancassureur et ses employés.:rolleyes:
 
Dernière modification:

g.b

Contributeur régulier
D'après le premier commentaire, c'était le papa qui voulait 100% UC, sans doute influencé par le conseiller tu me diras.
 

Flo35

Membre
Oui, c'est mon père qui voulait des actions.

Il avait vendu son entreprise pour prendre sa retraite début 2000. Les placements qu'il a fait à cette époque étaient diversifiés en immobilier et actions (sur AV et PEA); mais très peu de monétaire (un petit PEL et le livret).
Ils étaient censés constituer l'essentiel de sa retraite (comme un peu tous les indépendants le font).

Je me souviens très bien qu'il me disait alors que la bourse ne pouvait que monter, le banquier disait la même chose, et j'avais d'ailleurs ouvert un PEA en même temps que lui à mes 30 ans.
Juste après il y a eu le krach de la bulle internet, les AV sont restées en l'état sans arbitrage jusqu'à maintenant, son PEA a dû être clôturé à un moment par nécessité financière, avec une sacrée moins- value.

Ce n'est qu'une question de malchance : il a investi juste au pire moment, quand la bourse montait depuis longtemps, que les krachs avaient disparu des mémoires et semblaient quasi improbables.
 

rémois

Contributeur régulier
D'après le premier commentaire, c'était le papa qui voulait 100% UC,

Oui, je l'avais bien lu et je l'ai dit;):
".. ou plutôt pour avoir laissé faire cette totale prise de risque sans tempérer l'enthousiasme des clients, de votre père apparemment.
Même si le client est partant pour prendre de tels risques, voire l'a demandé..."
 
Ce n'est vraiment pas de chance pour le timing.
Pour moi, c'est une leçon intéressante. Il y a beaucoup de vidéos dans lesquelles ils comparent la méthode DCA avec celle du All-in. Souvent, celle du All-in est gagnante ou cela revient au même. Dans tous les cas (bien choisis), les gains sont importants.
Ce n'est donc pas forcément le cas. On peut perdre en bourse.
Après, je compose avec mon caractère "prudent" et donc, pour moi, la méthode s'impose d'elle même (question de sommeil 😉). C'est de l'investissement vraiment étalé dans le temps.
Merci pour ce post qui m'a fait réfléchir.
 

Sop74

Contributeur
Oui, c'est mon père qui voulait des actions.

Il avait vendu son entreprise pour prendre sa retraite début 2000. Les placements qu'il a fait à cette époque étaient diversifiés en immobilier et actions (sur AV et PEA); mais très peu de monétaire (un petit PEL et le livret).
Ils étaient censés constituer l'essentiel de sa retraite (comme un peu tous les indépendants le font).

Je me souviens très bien qu'il me disait alors que la bourse ne pouvait que monter, le banquier disait la même chose, et j'avais d'ailleurs ouvert un PEA en même temps que lui à mes 30 ans.
Juste après il y a eu le krach de la bulle internet, les AV sont restées en l'état sans arbitrage jusqu'à maintenant, son PEA a dû être clôturé à un moment par nécessité financière, avec une sacrée moins- value.

Ce n'est qu'une question de malchance : il a investi juste au pire moment, quand la bourse montait depuis longtemps, que les krachs avaient disparu des mémoires et semblaient quasi improbables.
Une illustration parfaite du pourquoi je suis séduit par la méthode DCA. Oui au global sur la somme des investisseurs investir en une seule fois est plus rémunérateur que le DCA. Mais en tant qu'individu peut importe les statistiques, je préfère m'assoir sur un optimum statistique pour éviter d'être dans le rare cas où l'investissement en une fois s'avère désastreux.
 

Sluwp

Contributeur régulier
Je comprends mieux. Pour ma part je trouve qu'il est difficile de dire que ce placement était inapproprié en 2000 avec les infos que nous avons. L'allocation était d'ailleurs plutôt bien diversifiée pour l'époque.

Mais c'est interessant car ça permet effectivement de voir que d'une part le timing peut avoir un impact important, même 20 ans plus tard contrairement à ce qu'on peut penser. Et d'autre part que les frais sur versements, les frais du contrat et les frais du fonds peuvent couter très cher. 75k investi en juillet 2000 sur du msci world aurait donné 200k avec 0,5%/an de frais, et 105k avec des frais à 3,5%/an (à mon avis ce contrat a subi des frais de cet ordre de grandeur). Bien sûr en 2000 les seuls fonds indiciels existants étaient aux usa, les produits dispo en europe datant de 2005/2006 (et jusqu'à 2015 je dirais, ils étaient inconnus du grand public).

L'alternative aurait pu être des actions en direct sur un CTO ou PEA. Les frais sont moindres mais la diversification aussi (et il n'y a pas les avantages successoraux de l'AV).
 

Flo35

Membre
L'alternative aurait pu être des actions en direct sur un CTO ou PEA. Les frais sont moindres mais la diversification aussi (et il n'y a pas les avantages successoraux de l'AV).

Il y avait un PEA en 2000 , mais mon père a décidé de se servir dessus quand il en a eu besoin, plutôt que sur les AV.
Sûrement pour conserver l'avantage successoral, à l'encontre de son intérêt à lui (de ce que j'en déduis de votre commentaire).

Quand il est parti, nous n'avons pas eu de droits de succession à payer ni moi, ni mon frère, plus de PEA (clôturé), que des AV au nom de ma mère, et une donation de l'immobilier en nue-propriété faite il y a longtemps.

Je ne comprends tout ça que maintenant que j'ai récupéré tous ses papiers, placements et historique (et ça n'est pas facile, facile).
 
Haut