Assurance vie ou PEL ?

Bonjour à tous et toutes,
à ce jour locataire, j'envisage d'ici 3 ou 4 ans d'acheter une maison. J'aimerai donc me constituer un capital qui me servira d'apport au futur credit immobilier.

Voici ma situation personnelle :
- fonctionnaire 24 000 euros par an environ (variable en fonction des primes) soit 1900 euros/mois + 13eme mois.
- célibataire
- crédit auto Boursorama (0.95%) jusqu'en décembre 2022, mensualités de 215 euros par mois, reste à rembourser 4500 euros
- épargne sécurisée sur LEP : 7300 euros
- PEA Boursorama ouvert en juillet 2018, avec 3400 euros dessus à ce jour (valeurs Eurofins, Total et Carmat)
- capacité épargne mensuelle de 200 euros

J'hésite donc entre ouvrir un PEL avec des versements mensuels ou bien ouvrir une assurance vie (Nalo me parait pas mal), tout en sachant que j'envisage d'acheter d'ici 3 ou 4 ans.

Merci d'avance pour vos avis et conseils.
 

D-Jack

Contributeur régulier
Bonjour,
Ouvrir un PEL aujourd'hui n'a pas beaucoup d'intérêt (sans jeu de mots ;-) ) ... avec un rendement brut de 1% (moins les PS et imposable)... le seul élément éventuellement à considérer serait de "figer" le taux des droits à prêt associés, dans l'hypothèse ou les taux des prêts immobiliers classiques remontent en flèche dans les années à venir (nul n'est devin, mais assez peu probable tout de même).
Côté AV, on peut faire mieux avec une bonne AV en ligne, proposant un fond € solide, avec 2 inconvénients pour un projet à 3/4 ans:
> la part d'UCs nécessaire ... avec un risque sur une période courte
> L'imposition moins favorable pour un contrat de moins de 8 ans.
 

paal

Top contributeur
Bonjour,
Ouvrir un PEL aujourd'hui n'a pas beaucoup d'intérêt (sans jeu de mots ;-) ) ... avec un rendement brut de 1% (moins les PS et imposable)...
Côté AV, on peut faire mieux avec une bonne AV en ligne, proposant un fond € solide, avec 2 inconvénients pour un projet à 3/4 ans :
> la part d'UCs nécessaire ... avec un risque sur une période courte
> L'imposition moins favorable pour un contrat de moins de 8 ans.
J'ai eu à avoir cette problématique de choix, il a un peu plus de 2 années, pour un placement d'une connaissance, préalable à un don familial au profit de sa fille unique (il était prévu que ce soit pour une période de 4 à 5 ans ce qui fait que maintenant l'échéance se rapproche ....)

Compte tenu de cette expérience, j'y ajouterai le peu d'appétence au risque, ce qui se cumule ainsi avec une durée de placement inférieure à 8 ans, ainsi qu' une obligation récente d'investir à raison de 30% d'UC ; en pratique, une UC à basse volatilité aura été choisie, et comme, une fois passée l'incidence du Covid, l'arbitrage mensuel peut se faire avec 2 ou 3 mois de décalage ....
 
Haut