Assurance vie 100% fonds euro

Anthea

Nouveau membre
Bonjour,
Je recherche et ai du mal à trouver une AV avec 100% fond euro.
J'en ai trouvé une chez Linxea, mais j'aimerais en trouver une autre.
Je précise que mon objectif n'est pas la rentabilité mais garder le capital, mais surtout pouvoir transmettre à une personne ne faisant pas partie de ma famille.
Pouvez-vous me guider si vous pouvez.
Je vous remercie d'avance.
 

Triaslau

Contributeur régulier
Bonjour,
Je recherche et ai du mal à trouver une AV avec 100% fond euro.
J'en ai trouvé une chez Linxea, mais j'aimerais en trouver une autre.
Je précise que mon objectif n'est pas la rentabilité mais garder le capital, mais surtout pouvoir transmettre à une personne ne faisant pas partie de ma famille.
Pouvez-vous me guider si vous pouvez.
Je vous remercie d'avance.
Bonjour,

Boursorama propose toujours un contrat 100% euro (generali); sinon les courtiers évolutions vie (aviva) et placement direct vie (swisslife) en proposent également.

et surement d'autres; je ne mets pas du tout ceux là en avant.
 

paal

Top contributeur
Bonjour,
Boursorama propose toujours un contrat 100% euro (generali); sinon les courtiers évolutions vie (aviva) et placement direct vie (swisslife) en proposent également.
et surement d'autres; je ne mets pas du tout ceux là en avant.
Et quel que soit le contrat choisi, tout contrat souscrit (avec un certain pourcentage d'UC contenues dans les versements), il est toujours possible (jusqu'à présent ?) d'arbitrer en une ou plusieurs fois, les UC pour les affecter à un compartiment Euros (sauf Euros Opportunités de Suravenir) ....
 

pacalou

Membre
Bonjour
La MACIF commercialise via MUTAVIE le contrat Multi Vie ou il est possible de verser 100 % sur le fond euro sans frais de versement , voir sur leur site les détails
 

Triaslau

Contributeur régulier
Et quel que soit le contrat choisi, tout contrat souscrit (avec un certain pourcentage d'UC contenues dans les versements), il est toujours possible (jusqu'à présent ?) d'arbitrer en une ou plusieurs fois, les UC pour les affecter à un compartiment Euros (sauf Euros Opportunités de Suravenir) ....
Peut être je ne sais pas comment çà fonctionne; à l'occasion je creuserai ce point car j'ai du mal à penser que çà puisse être aussi simple.
 

paal

Top contributeur
Peut être je ne sais pas comment çà fonctionne; à l'occasion je creuserai ce point car j'ai du mal à penser que çà puisse être aussi simple.
Je n'ai pas indiqué que ce soit toujours simple, mais que cela soit possible .....

Alors primo, et pour procéder à un arbitrage, c'est presque toujours possible de désinvestir d'une UC, mais tant qu'à le faire, autant que ce soit avec profit, et donc que la valeur présente de l'unité de compte soit supérieure à son coût d'acquisition moyen .....

Ensuite, il existe certains contrats qui stipulent de laisser en permanence sur un type de support, un certain pourcentage du contrat, et c'est dans ce genre de circonstance qu'il sera parfois nécessaire de procéder par paliers successifs .....

Il doit exister sur cet espace un certain nombre de discussions, dans lesquelles il était au départ imposé un certain pourcentage attribué aux fonds Euros, sous réserve de souscrire un pourcentage minimal d'UC ; mais une fois le versement enregistré, de procéder à un arbitrage aussi rapide que sélectif, de telle sorte que la valeur du fonds Euros progresse assez significativement vers les 100% ; lorsque l'on arrive à 85 ou 95%, il est alors aussi possible de ne racheter que les UC encore présentes dans le contrat ....

En combinant arbitrages et rachats partiels, on finit par y parvenir ; alors bien entendu, et lorsque l'assureur prend conscience de la combinaison, cela peut lui déplaire, mais pas facile pour lui de remettre en cause des opérations passées et validées ; c'est d'ailleurs ce qu'aura bien compris Generali, qui aura opté pour pénaliser la rémunération des capitaux ainsi placés, en réduisant assez drastiquement le taux de rémunération des capitaux placés en fonds Euros ....
 

Triaslau

Contributeur régulier
Je n'ai pas indiqué que ce soit toujours simple, mais que cela soit possible .....

Alors primo, et pour procéder à un arbitrage, c'est presque toujours possible de désinvestir d'une UC, mais tant qu'à le faire, autant que ce soit avec profit, et donc que la valeur présente de l'unité de compte soit supérieure à son coût d'acquisition moyen .....

Ensuite, il existe certains contrats qui stipulent de laisser en permanence sur un type de support, un certain pourcentage du contrat, et c'est dans ce genre de circonstance qu'il sera parfois nécessaire de procéder par paliers successifs .....

Il doit exister sur cet espace un certain nombre de discussions, dans lesquelles il était au départ imposé un certain pourcentage attribué aux fonds Euros, sous réserve de souscrire un pourcentage minimal d'UC ; mais une fois le versement enregistré, de procéder à un arbitrage aussi rapide que sélectif, de telle sorte que la valeur du fonds Euros progresse assez significativement vers les 100% ; lorsque l'on arrive à 85 ou 95%, il est alors aussi possible de ne racheter que les UC encore présentes dans le contrat ....

En combinant arbitrages et rachats partiels, on finit par y parvenir ; alors bien entendu, et lorsque l'assureur prend conscience de la combinaison, cela peut lui déplaire, mais pas facile pour lui de remettre en cause des opérations passées et validées ; c'est d'ailleurs ce qu'aura bien compris Generali, qui aura opté pour pénaliser la rémunération des capitaux ainsi placés, en réduisant assez drastiquement le taux de rémunération des capitaux placés en fonds Euros ....
Oui c'est pas de çà dont je parlais; je me demande si les parts arbitrées sur le fonds euro ont la même garantie en capital; çà met l'assureur dans une position d'être forcé d'accepter une assurance qu'il n'a pas choisit (il avait même choisit l'inverse) ce qui est antinomique avec sa fonction.

Sans entrer dans le détail; depuis quelques années je vois les assureurs défiler pour expliquer les impacts de la mise en place des parts UC, de la mise en place de garantie en capital nette de frais etc sur leur besoin global de solvabilité. Ces éléments ont un effet gigantesque sur les provisions de l'assureur (la première fois qu'on m'a présenté çà, je peux dire que j'ai été choqué); Jamais aucun assureur ne m'a dit un truc du genre "on doit surveiller que les gens n'arbitrent pas sur le fonds euros" ou "on a créé un indicateur à cet effet".

Donc selon moi, et ce que j'aimerai vérifier quand j'aurais le temps:
- soit c'est un truc qu'ils cachent et si cette partie est bien garantie, alors il y a peut être un soucis si l'évaluation de leur garantie ne tient pas compte du comportement des clients qui feraient çà ou qui pourraient le faire;
- soit c'est tellement anecdotique car les clients ne le savent pas et çà peut être ignoré dont çà ne change pas la valorisation des provisions;
- soit ces fonds ne sont pas assurés, ils sont considérés comme des UC, indexé sur les performance de l'actif général du fonds euros, et leur valeur n'est pas garantie.
 

paal

Top contributeur
......
Donc selon moi, et ce que j'aimerai vérifier quand j'aurais le temps:
- soit c'est un truc qu'ils cachent et si cette partie est bien garantie, alors il y a peut être un souci si l'évaluation de leur garantie ne tient pas compte du comportement des clients qui feraient çà ou qui pourraient le faire ;
Il est de fait assez rare qu'un assureur (quel qu'il soit) en vienne à dialoguer sur la quantification des provisions mathématiques qu'ils doivent constituer ;

Et pour l'épargnant, la définition du fonds Euros, c'était :
- qu'il était garanti à 100% du montant du capital versé (hors frais sur versements)
- qu'il bénéficiait d'un effet de cliquet, faisant que la rémunération acquise une année définie, ne pourrait se trouver remise en cause ultérieurement ....

Mais sommes nous encore dans ce schéma de figure, lorsque l'on constate des taux de garantie qui ne sont plus à 100% du capital, mais d'un taux qui est inférieur par exemple à 97 ou 98% ?
Pour moi, une fois le 100% abandonné, il n'y a plus de limite, et de fait le capital placé, quel que soit le support de placement n'est plus garanti ; je le mets au même rang que les UC sécuritaires ....

- soit c'est tellement anecdotique car les clients ne le savent pas et çà peut être ignoré dont çà ne change pas la valorisation des provisions;
Vous parlez bien des provisions mathématiques que les assureurs sont obligés de constituer pour faire valider leurs résultats ?
Je ne crois pas que ce soit aussi anecdotique que cela, et la preuve en est, c'est que certains assureurs en viennent à pénaliser leurs épargnants qui ne détiendraient pas suffisamment d'UC .....

- soit ces fonds ne sont pas assurés, ils sont considérés comme des UC, indexé sur les performance de l'actif général du fonds euros, et leur valeur n'est pas garantie.
Ce serait davantage conforme à mon appréciation ....
 

Triaslau

Contributeur régulier
Il est de fait assez rare qu'un assureur (quel qu'il soit) en vienne à dialoguer sur la quantification des provisions mathématiques qu'ils doivent constituer ;

Et pour l'épargnant, la définition du fonds Euros, c'était :
- qu'il était garanti à 100% du montant du capital versé (hors frais sur versements)
- qu'il bénéficiait d'un effet de cliquet, faisant que la rémunération acquise une année définie, ne pourrait se trouver remise en cause ultérieurement ....

Mais sommes nous encore dans ce schéma de figure, lorsque l'on constate des taux de garantie qui ne sont plus à 100% du capital, mais d'un taux qui est inférieur par exemple à 97 ou 98% ?
Oui c'est ce que je vous disais. L'impact du passage de 100% à 98% est colossal et çà m'a surpris la première fois (les premier assureurs qui sont venus nous parler de çà c'était en 2017); maintenant j'ai bien compris - de fait on a fait un recensement en ce début d'année, plus un seul assureur ne propose des garanties brutes de frais.

Pour moi, une fois le 100% abandonné, il n'y a plus de limite, et de fait le capital placé, quel que soit le support de placement n'est plus garanti ; je le mets au même rang que les UC sécuritaires ....
ok mais c'est quand même très différent entre garantie à 98% et garantie à 0%; peut être pas pour le client mais pour l'assureur c'est le jour et la nuit. C'est pourquoi je m'étonne qu'on ne m'ait jamais parlé de cette pratique (arbitrage UC => EU) comme un risque à suivre ou à estimer.

Vous parlez bien des provisions mathématiques que les assureurs sont obligés de constituer pour faire valider leurs résultats
Oui bien sûr, le contrôle de ces PM c'est la plus grosse partie du travail.

?
Je ne crois pas que ce soit aussi anecdotique que cela, et la preuve en est, c'est que certains assureurs en viennent à pénaliser leurs épargnants qui ne détiendraient pas suffisamment d'UC .....
Je voulais dire que la pratique que vous mentionniez "investir en UC et arbitrer cette part en euro aussi vite que possible" est peut être anecdotique (car pratiquée par très peu de clients) et pas de nature a changer les calculs et c'est pour çà que je n'en ai pas entendu parlé.

Mais je m'étonne qu'on ne me l'ait jamais mentionné. Bien sur que le fait que ce soit garantie ou pas a un impact très important sur les PM
 

paal

Top contributeur
Oui c'est ce que je vous disais. L'impact du passage de 100% à 98% est colossal et çà m'a surpris la première fois (les premier assureurs qui sont venus nous parler de çà c'était en 2017); maintenant j'ai bien compris - de fait on a fait un recensement en ce début d'année, plus un seul assureur ne propose des garanties brutes de frais.
Disons que sans trop de tambours ni de trompettes (de la renommée), il eut une transition qui sera passée dans les faits ....

ok mais c'est quand même très différent entre garantie à 98% et garantie à 0% ; peut être pas pour le client mais pour l'assureur c'est le jour et la nuit. C'est pourquoi je m'étonne qu'on ne m'ait jamais parlé de cette pratique (arbitrage UC => EU) comme un risque à suivre ou à estimer.
Perso, je continue à apprécier la rémunération versée en pourcentage de la rémunération brute ; et si un jour un assureur en vient à me manger l'effet de cliquet de l'année précédente, alors c'est le signe que mes capitaux sont mieux rémunérés à ne rien rapporter .....

Bon, autrement passer d'une garantie de 98% à 0%, il a tout de même que même les produits structurés n'auront pas osé franchir ; déjà proposer sur ces produits une garantie à 35 ou 40%, c'est pour moi très osé ....

Je voulais dire que la pratique que vous mentionniez "investir en UC et arbitrer cette part en euro aussi vite que possible" est peut être anecdotique (car pratiquée par très peu de clients) et pas de nature a changer les calculs et c'est pour çà que je n'en ai pas entendu parlé.
Bien entendu, moins on en parle dans le Landernaud, et c'est comme le jeu du téléphone, plus le message est caché, et moins il se transmet ....
 
Haut