Assurance emprunteur personne a risques aggravés

Sab70200

Nouveau membre
Bonsoir
Nous sommes en pleine démarche pour acheter la maison que nous louons. Tout allait bien jusqu'à ce que l assurance emprunteur soit refusée a mon mari a cause de ses soucis de santé (infarctus avec pose d un sten en 2015) et 2 AIT sans séquelles
Convention AERAS refus reçu vendredi dernier niveau 1 et 2 et depuis pas de nouvelles.la conseillère nous dit refus niveau 3 également. Tout ça sans que mon mari ne soit vu par un expert medical
Donc je suis a la recherche d une assurance qui assure les personnes a risques. J ai fait appel a un courtier plus démarche auprès des assureurs du secteur
Qui a déjà été dans ce cas quelles solutions quelles assurances merci
 

Triaslau

Contributeur régulier
Bonjour,
si le refus est allé jusqu'au niveau 3 il y a peu de chance d'arriver à vous faire assurer. Il faut chercher une alternative à l'assurance, comme la caution, l'hypothèque ou le nantissement.
 

Aristide

Top contributeur
Bonjour,

Désolé; tu fais fausse route.

Une assurance décès invalidité dont l'objectif est de palier à d'éventuels problèmes de santé ne remplace pas une garantie telle la caution, l'hypothèque ou nantissement dont le but est de couvrir la banque en cas de défaillances dans les paiements.
Et la réciproque est également vraie.

La caution ou l'hypothèque sera de toute façon demandée avec ou sans assurance décès-invalidité.

Cdt
 
Dernière modification:

Triaslau

Contributeur régulier
Bonjour,

Désolé; tu fais fausse route.

Une assurance décès invalidité dont l'objectif est de palier à d'éventuels problèmes de santé ne remplace pas une garantie telle la caution, l'hypothèque ou nantissement dont le but est de couvrir la banque en cas de défaillances dans les paiements.
Et la réciproque est également vrai.

La caution ou l'hypothèque sera de toute façon demandée avec ou sans assurance décès-invalidité.

Cdt
Bonjour,
alors je t'invite à prendre connaissance de http://www.aeras-infos.fr/cms/sites/aeras/accueil.html

et en particulier :

17. Que faire en cas de refus d’assurance ?

En cas de refus d'assurance, le candidat à l'assurance peut demander par écrit au médecin de l'assureur les raisons médicales qui ont conduit au refus.

La décision de refus doit préciser à quel niveau le refus est intervenu . S'il est intervenu au 3ème niveau d'assurance , le candidat à l'assurance aura du mal à obtenir une (des) proposition(s).
Si le refus est intervenu au 2ème niveau d'examen de la demande d'assurance, il lui est conseillé d'élargir sa recherche d'assurance. En effet, tous les assureurs n'ont pas la même approche du risque aggravé de santé.

S'il s'avère en définitive que l'assurance n'est pas possible, il lui faut envisager avec le prêteur la possibilité de mettre en place une garantie alternative à l'assurance , comme une caution, une hypothèque sur un autre bien, le nantissement d'une assurance-vie, d'un portefeuille de valeurs mobilières ou d'un contrat de prévoyance individuel.


Si çà ne répond pas à la question de Sab70200 alors vraiment je ne sais pas lire ...
 

Aristide

Top contributeur
Et moi je t'affirme que, dans la réalité - avec ou sans assurance décès invalidité - une garantie traditionnelle sera de toute façon demandée.

Une telle assurance décès-invalidité ne remplace jamais ladite garantie traditionnelle type caution ou garantie réelle immobilière; elle s'y ajoute.
Et la réciproque est vraie.

Ce qui signifie alors que, cette garantie étant de toute façon exigée, si l'emprunteur ne peut être accepté en assurance décès-invalidité soit:
+ La banque accepte cependant de suivre sans cette couverture ce qui semble peu probable
+ Elle refuse d'intervenir.

C'est ainsi que les choses se passent dans la réalité quotidienne; "la vraie vie !"

Un contrat de prévoyance individuelle type "assurance décès" peut effectivement être tenté.
Mais les contreparties garanties ne sont pas les mêmes ce qui risque de ne pas satisfaire la banque.

hargneux, si tu passes par là quelle est ton retour d'expérience ?

Cdt
 
Dernière modification:

Sab70200

Nouveau membre
J'ai déjà montré çà à ma conseillère mais elle m'a dit pas d'assurance pas de prêt. Sur notre simulation de pret nous avons déjà une hypothèque. La seule solution est de trouvé une assurance spécialisée dans les personnes à risques. j'ai contacté un courtier qui m'a dit que ca n'allait pas être simple mais qu'on allait trouvé . je viens d'avoir également l'assurance Allianz qui me dit assurer ce genre de risques avec surprime bien entendu donc à voir. Je vous retiendrai au courant. Merci de vos réponses
 

Aristide

Top contributeur
J'ai déjà montré çà à ma conseillère mais elle m'a dit pas d'assurance pas de prêt.
N'est-ce pas ce que j'ai écrit ci-dessus ?

Sur notre simulation de pret nous avons déjà une hypothèque
Absolument normal ainsi que dit ci-dessus.

. La seule solution est de trouvé une assurance spécialisée dans les personnes à risques. j'ai contacté un courtier qui m'a dit que ca n'allait pas être simple mais qu'on allait trouvé . je viens d'avoir également l'assurance Allianz qui me dit assurer ce genre de risques avec surprime bien entendu donc à voir. Je vous retiendrai au courant. Merci de vos réponses
Il faut effectivement explorer cette voie mais, indépendamment des surprimes qui augmenteraient le coût de votre crédit, encore faut-il qu'il n'y ait pas d'exclusions de garanties qui seraient refusées par votre banque.

Cdt
 

hargneux

Top contributeur
S'il s'avère en définitive que l'assurance n'est pas possible, il lui faut envisager avec le prêteur la possibilité de mettre en place une garantie alternative à l'assurance , comme une caution, une hypothèque sur un autre bien, le nantissement d'une assurance-vie, d'un portefeuille de valeurs mobilières ou d'un contrat de prévoyance individuel.

C'est débile !
Une assurance c'est fait pour prendre le relais en cas d'invalidité ou de décès. Substituer une garantie réelle ça revient à dire qu'en cas de décès ou d'invalidité et difficultés de paiement, on saisit et on vend ?
Au delà du risque d'image (une banque qui saisit le bien à la veuve et aux orphelins, ca plait toujours dans les gazettes), quel juge autorisera une telle démarche ? Par ailleurs les voies de recours et les délais sont insatisfaisants pour la banque.

Nantissement AV ou titres pourquoi pas , mais on peut aussi les vendre au lieu de faire un crédit et quand on fait un crédit pour la RP c'est pas souvent qu'on a beaucoup de liquidités.
Contrat de prévoyance individuelle : au cas pas cas.

L'info que tu donnes vient de AERAS, j'ai un peu l'impression qu'étant bien conscient que c'est leur refus qui rend l'emprunt difficile, ils orientent volontairement les "recalés" vers des solutions inappropriées, de cette façon le méchant ce n'est plus eux mais les autres
 

hargneux

Top contributeur
Il faut effectivement explorer cette voie mais, indépendamment des surprimes qui augmenteraient le coût de votre crédit, encore faut-il qu'il n'y ait pas d'exclusions de garanties qui seraient refusées par votre banque.

Cdt

Et quid du taux d'usure en cas de fortes surprimes
 

Aristide

Top contributeur
L'info que tu donnes vient de AERAS, j'ai un peu l'impression qu'étant bien conscient que c'est leur refus qui rend l'emprunt difficile, ils orientent volontairement les "recalés" vers des solutions inappropriées, de cette façon le méchant ce n'est plus eux mais les autres
Excellente analyse !!!;)

Cdt
 
Haut