A tous les cbanquonautres/moneyvoxonotes, à retenir...

Beargent

Contributeur régulier
Et oui, je sais que je n'apporte rien mais une piqure de rappel pour les boursicoteurs que nous sommes fait toujours du bien dans ce genre de passage...

Thomas Cook vous vous rappelez. ?

178 années d'existence, 22 000 salariés...et un cours de bourse divisée par 90 en quelques semaines/mois.

Capture d’écran 2019-09-23 à 13.10.16.png



Il est bon de rappeler :

  • Ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier
    • Par conséquent : DIVERSIFICATION
  • Important, même à minima de suivre l'actualités de l'entreprise dans laquelle on investis
  • Ne pas investir sur Thomas Cook :cool:
  • Accepter sa MV et quitter le navire avant qu'il ne coule (pensez à prendre son slip de bain si on accepte pas ce conseil)
  • Qu'une entreprise aussi grosse soit elle, peut couler (des exemples il y en a)

Voila, c'était juste un rappel.
 

bougnat

Contributeur régulier
Merci pour ce rappel de bon sens. :)

Je n'ai absolument pas suivi cette entreprise, mais comment expliquer cette déroute ?
Les vases communicants fonctionnent ils dans ce cas , au profit d’autres acteurs spécialisés ? (ClubMed, même si le positionnement est un peu différent )
 

CharlyBgood

Contributeur régulier
Les vases communicants fonctionnent ils dans ce cas , au profit d’autres acteurs spécialisés ? (ClubMed, même si le positionnement est un peu différent )

Souvenez vous de Kodack de Paru-vendu, du Minitel, souvenez-vous aussi de Dailymotion qu'un certain Arnaud M n'a pas voulu vendre pour raison de patriotisme économique ...
Souvenez-vous de Yahoo, de Nokia, de BlackBerry, de Compaq etc ...
et un jour prochain vous vous souviendrez peut-être aussi de France 2 :rolleyes:

J'ai entendu récemment l'économiste Nicolas Bouzou dire à la radio: "on n'a jamais vu des fabricants de cierges vendre des ampoules …"
Tout est dit: il est extrêmement dur pour une Entreprise de se réinventer, et encore plus quand elle est grande.
 

moietmoi

Top contributeur
et un cours de bourse divisée par 90 en quelques semaines/mois
je n'ai absolument pas suivi cette société, mais à la vue de ce chiffre c'est plutôt sur le terrain de la finance qu'il faut chercher l'attaque et le coup mortel, car lorsque le marché doute, ce n'est pas divisé par 90 en quelques semaines, c'est juste quelques % de moins, alors qu'une telle déroute me fait plutôt penser à une attaque financière, plus qu'à une mauvais adaptation au marché du transport;..à suivre..guettons les loups, on saura bientôt d'où est venue l'attaque..
 

moietmoi

Top contributeur
en complément, je lis la chose suivante:Or, certains créanciers et détenteurs de "credit default swaps", des contrats de protection financière entre acheteurs et vendeurs, ont estimé que le voyagiste ne pourrait honorer sa dette. Ils lui ont alors réclamé 200 millions de livres supplémentaires pour valider le plan de restructuration. Cette exigence faisait grimper les fonds nécessaires au sauvetage à 1,1 milliard de livres.
Ces Credit default swaps, ne sont ils pas ces fameux produits ayant entrainés la crise de 2008, et où finalement à certains moments, le détenteur à plus intérêt à la faillite du support qu'à la réussite?.... cqfd
 

poam5356

Modérateur
Staff MoneyVox
Ces Credit default swaps, ne sont ils pas ces fameux produits ayant entrainés la crise de 2008
Oui/non... Dans le principe : Oui. La titrisation permet de cacher les faiblesses du produit en diluant (masquant) le risque au sein d'une multitude de produits fragmentés et agglomérés ensuite entre eux. Les subprimes, leur risque s'est trouvé dilué dans une multitude de produits dans le but de le masquer. Le problème est apparu lorsque les emprunteurs en défaut ont été tellement nombreux que la manipulation n'a plus été en mesure de cacher le risque de défaut lié au produit. Le système s'est effondré = crise de subprimes.. Voir à ce sujet l'excellent film "The big short" passé récemment sur la 23.
Là, on est dans du BtoB et la différence est qu'une seule entreprise est concernée.
Les taux sont négatifs, la dette reste pourtant à rembourser. Nombre d'entreprises risquent de le découvrir ces prochaines années (voir à ce sujet le feuilleton Rallye ou Bourbon).
Beaucoup d'entreprises classées dans le high yield (entreprises mal notées parce que risquées) arrivent à obtenir des prêts à taux négatifs (une absurdité).... Ce sont les prémices d'une future crise causée par le défaut de ces entreprises, sur le scénario des subprimes, si jamais les conditions de marché devaient se dégrader dans le futur.
 

Aristide

Top contributeur
Bonjour,

En tant que tel, le "Credit default swaps" est une technique d'assurance contre les risques de non-paiements d'une dette émise par un État ou une entreprise.

Cf nombreux sites d'explications sut le net.

Cdt
 

moietmoi

Top contributeur
Cf nombreux sites d'explications sut le net.
je trouve ceci sur un site financier:
Le journal britannique The Guardian avait qualifié le CDS "d'arme de destruction financière massive".
Les CDS peuvent engendrer des dérives sur le marché. En effet, il possible d'acheter des CDS pour des actifs que l'on ne possède pas et de manière illimitée. Cela signifie qu'il est avantageux de faire en sorte que l'entité pour laquelle on achète des CDS soit défaillante afin de se faire rembourser et ce, plusieurs fois. On observe donc un phénomène spéculatif assez pervers qui détourne cet outil en un moyen très lucratif.
Pour illustrer ce propos, on peut imaginer par exemple, qu'une personne assure la voiture de son voisin 10 fois en achetant des CDS. Cette personne aura donc tout intérêt à ce que cette voiture tombe en panne ou soit accidentée afin d'être remboursé 10 fois. Cela encourage une certaine malveillance de la part des acheteurs.
 
Haut