Le fournisseur d'énergie Eni vient d'écoper d'une amende de 3 millions d'euros. Le plaignant n'est autre qu'EDF, qui accuse son concurrent de concurrence déloyale.

Usurpation du nom ou, à l'inverse, dénigrement de la marque sur la base de fausses informations : les pratiques illicites d'Eni en matière de démarchage, à domicile et au téléphone, ont poussé EDF à porter plainte auprès du tribunal de commerce de Nanterre. Une plainte qui a abouti, annonce UFC Que Choisir, à la condamnation d'Eni. Le fournisseur d'énergie d'origine italienne devra verser 3 millions d'euros à EDF : 2,5 millions au titre du préjudice subi, et 500 000 au titre des coûts supportés pour traiter les réclamations de ses clients liées à ces pratiques illicites.

Assurance habitation : économisez jusqu'à 40% grâce à notre comparateur en ligne

Ce n'est pas la première fois qu'Eni est condamné pour ses pratiques douteuses. En février 2020, rappelle UFC Que Choisir, la DGCCRF avait prononcé une amende de 315 000 euros à son égard, là encore pour de graves manquements aux règles encadrant le démarchage. Eni détient par ailleurs le titre de fournisseur d'énergie affichant le plus fort taux de litiges : 307 pour 100 000 contrats en 2020. En avril dernier, le médiateur national de l'énergie a même fini par déposer une plainte au pénal contre lui, une première.

Electricité et gaz : la décision radicale du médiateur de l'énergie