Vous avez un projet immobilier mais ne savez pas combien vous pouvez emprunter avec vos revenus ? Pas de panique, Moneyvox fait le point pour vous.

On ne cesse de le lire d'un article à l'autre, emprunter devient deplus en plus difficile. Entre les normes HCSF (35% de taux d'endettement maximum, pour une durée de prêt ne dépassant pas 25 ans sauf exceptions), la hausse des taux de crédit immobilier et le taux d'usure, les ménages sont parfois pris à la gorge au moment de se lancer dans ce qui devrait être un beau projet.

Concrètement, qui peut prétendre à un crédit immobilier aujourd'hui ? Que puis-je espérer si je gagne le Smic ? Combien me prête-t-on que je gagne 2 000, 3 000 ou 4 000 euros nets par mois ? Une chose est sûre : quels que soient vos revenus, la situation actuelle incite à la vigilance, comme le confirme Maël Bernier, porte-parole de Meilleurtaux. « En cette période de hausse rapide des taux, mon principal conseil c'est d'être prudent. Lorsque vous allez voir votre banque ou un courtier, on va vous donner une enveloppe de financement mais il vaut mieux chercher des biens un peu en-dessous, car ce qu'on vous propose début juin ne sera plus vrai en août. Je conseille donc d'enlever 10 000 euros à son enveloppe pour parer aux éventualités. »

Crédit immobilier : le mode de calcul du taux d'usure enfin révisé ?

Deuxième chose : pour un emprunteur au Smic, il n'est pas sûr que la banque aille jusqu'au 35% du taux d'endettement, pour ne pas étrangler financièrement le client. « La banque va plutôt s'arrêter entre 30% et 33% », confirme Maël Bernier. Enfin, tout emprunteur devra au minimum se présenter avec un apport personnel de 10% afin de s'acquitter des frais annexes (frais de dossier, frais de notaire...) pour que la banque accepte de prêter au maximum des capacités de son client.

Cas n°1 : pour un emprunteur au Smic

Bertrand gagne le Smic (1 302 euros nets par mois). Comme pour tous les emprunteurs, sa mensualité ne pourra pas dépasser 455 euros (35% de taux d'endettement). Avec un taux nominal estimé à 1,95% en ce début juin, basé sur son profil, il peut espérer emprunter sur 20 ans la somme de 85 417 euros au maximum, pour une mensualité de 430 euros hors assurance emprunteur. Si la banque décide de limiter son taux d'endettement à 33%, son enveloppe sera alors de 80 536 euros (405 euros de mensualité).

Cas n°2 : pour un emprunteur avec 2 000 euros de revenus

Émilie touche 2000 euros nets par mois. Avec l'obligation du taux d'endettement, sa mensualité ne peut dépasser 700 euros par mois. En ce mois de juin, elle peut espérer un taux nominal de 1,85%. Grâce à cela, Émilie peut espérer emprunter jusqu'à 132 582 euros, pour un remboursement sur 20 ans de 661 euros par mois, hors assurance. Là aussi, si la banque décide de limiter son endettement à 33%, son enveloppe perd près de 7 000 euros (125 006 euros au total).

Professionnels : les offres en ligne les moins chères pour limiter vos frais bancaires

Cas n°3 : pour un emprunteur avec 3 000 euros de revenus

Avec ses 3 000 euros de revenus nets par mois, Richard souhaite emprunter pour faire l'acquisition d'une résidence principale. Pour respecter la limite du taux d'endettement, sa mensualité ne peut excéder 1 050 euros par mois. Avec un taux nominal à 1,80% sur 20 ans début juin, il peut emprunter 199 760 euros, avec une mensualité de remboursement de 991 euros, hors assurance.

Cas n°4 : pour un emprunteur avec 4 000 euros de revenus

Grâce à son travail dans l'informatique, Alice touche 4 000 euros nets par mois, ce qui lui permet de consacrer au maximum 1 400 euros par mois pour rembourser son crédit. Face à cette emprunteuse intéressante, la banque peut lui proposer un taux nominal sur 20 ans à 1,70%. Alice peut donc emprunter 268 733 euros, et devra s'acquitter d'une mensualité de 1 321 euros hors assurance.

Prêt immobilier : trouvez le meilleur taux