Le député et président du conseil général de Seine-Saint-Denis, Claude Bartolone (PS), a annoncé son intention de porter plainte lundi contre Natixis dans l'affaire des emprunts dits "toxiques" consentis par certaines banques aux collectivités locales.

"Sur cinq banques, quatre m'ont fait des propositions que je juge inacceptables mais elles ont répondu", a-t-il déclaré lundi soir sur France 3.

"Une, Natixis (filiale du groupe Banque Populaire-Caisse d'Epargne, NDLR), n'a pas répondu et donc demain, je déposerai plainte pour non conseil à un client non initié", a-t-il ajouté.

Natixis a envoyé ce lundi un courrier à M. Bartolone concernant ces emprunts toxiques, a indiqué une porte-parole de la banque à l'AFP. "Nous sommes tout à fait d'accord avec le processus de médiation", a-t-elle ajouté.

Fin octobre, Claude Bartolone avait mis en demeure cinq banques auprès desquelles son département a contracté des emprunts "toxiques" de revoir ces contrats, faute de quoi il porterait l'affaire en justice.

Selon lui, la Seine-Saint-Denis a déjà perdu 200 millions d'euros avec les produits financiers structurés à risques (emprunts "toxiques").

Économisez jusqu'à 50% sur votre assurance emprunteur

"Il y a eu de la part de ces banques un jeu qui n'est pas acceptable", a-t-il encore affirmé. "Il faut que le gouvernement comprenne ma détermination et celle des collectivités locales. Je déposerai s'il le faut un amendement pour que la loi puisse être améliorée sur le sujet. Pour le reste, il faut que la justice puisse dire ce qu'elle pense de ces emprunts toxiques", a-t-il conclu.