Le budget 2022 n'est pour l'heure pas le plus « épais » du quinquennat Macron. Mais il pourrait grossir au fil des débats parlementaires... et au fil des annonces gouvernementales. Premier exemple : Emmanuel Macron a annoncé ce lundi la défiscalisation des pourboires payés par carte bancaire, afin de favoriser cette rémunération complémentaire pour les serveurs et serveuses.

« Nous avons décidé que les pourboires payés par carte bleue seraient sans charge pour les employeurs et sans impôts pour les salariés », et ce avec une mise en œuvre « dans les prochains mois ». Cette annonce, le président de la République l'a faite ce 27 septembre au Sirha, le Salon international de la restauration, de l'hôtellerie et de l'alimentation, à Lyon, comme l'a constaté l'AFP.

L'information a filtré dès ce matin, sur France Inter, qui rappelle qu'Emmanuel Macron en profite pour commencer à égrainer les mesures favorables au pouvoir d'achat, thème que le chef de l'Etat souhaite ancrer dans la campagne présidentielle. La radio annonçait ce matin une mise en œuvre dès 2022. Le chef de l'Etat s'est donc montré plus évasif en indiquant « dans les prochains mois », tout en insistant : « Cela va permettre d'ajouter au pouvoir d'achat » des salariés du secteur.

Jusqu'à 160 € de prime à l'ouverture grâce à notre comparatif de banques en ligne

Il est déjà possible de payer un pourboire par carte bancaire, certains terminaux de paiement disposant déjà d'une option pourboire. Mais la pratique des « tips » reste étroitement liée à l'argent liquide. L'Elysée compte ainsi relancer cette pratique, en berne dans certains établissements pour cause de crise sanitaire.

Paiement sans contact : les atouts inattendus du QR Code

Cette mesure « ne coûte rien, car aujourd'hui ça ne marche pas », a ajouté le chef de l'Etat, à Lyon, ce lundi, « parce qu'on l'a vu en sortie de crise, nos compatriotes utilisent de moins en moins de liquide ». Emmanuel Macron a ainsi une nouvelle fois déploré les emplois non pourvus dans le secteur de l'hôtellerie-restauration : « Cela va vous permettre d'attirer plus de jeunes et de moins jeunes pour leur dire : “tu peux gagner plus que le salaire et le bonus que je te verse” », a conclu le président de la République. Il avait souhaité en juin une reprise des embauches, en indiquant que 110 000 emplois sont à pourvoir dans la restauration, un secteur aux salaires bas, fragilisé par les confinements.

Une mesure applaudie par le secteur

« C'est une excellente nouvelle, car le pourboire fait partie de l'attractivité de nos métiers. Mais maintenant que tout le monde paie par carte bleue ou via des applications, très souvent on n'a plus de monnaie pour rajouter 3 à 5 euros pour le service. Quand on aura la possibilité de laisser un pourboire sur la note, ce sera beaucoup plus facile », s'est félicité par avance lundi matin Didier Chenet, président du GNI, syndicat des indépendants de l'hôtellerie restauration.