La Bourse de Paris a enchaîné une cinquième séance de hausse consécutive mardi (+0,48%), slalomant aisément entre une multitudes d'indicateurs, toujours guidée par le secteur du luxe, à commencer par LVMH qui a atteint une capitalisation boursière record pour l'Europe.

L'indice vedette CAC 40 a avancé de 33,85 points à 7.077,16 points. La veille, il avait déjà pris 0,28%.

La cote parisienne a évolué légèrement sous l'équilibre durant la majeure partie de la séance avant d'accélérer brutalement à 16h, après que l'agence Bloomberg a affirmé, en citant des sources anonymes, que la Banque centrale européenne pourrait moins relever ses taux directeurs que ce qui était craint lors d'une de ses deux prochaines réunions de politique monétaire.

Le CAC 40 a alors dépassé brièvement les 7.100 points, avant de rendre quelques gains.

« Le marché est parti fort en 2023, sans marquer de pause, contrairement aux précédentes phases de hausse » des derniers mois, souligne Guillaume Chaloin, gérant de Meeschaert AM.

Selon lui, cela est dû à un repositionnement des acteurs institutionnels depuis le début d'année vers le marché actions, après une année durant laquelle ils s'étaient tournés vers le marché obligataire, attirés par la hausse des rendements.

La confiance retrouvée sur la robustesse des économies européennes favorise également les valeurs industrielles tandis que les valeurs technologiques reviennent aussi un peu dans les bonnes grâces des investisseurs après leur plongeon en 2022.

En Allemagne, le moral des investisseurs s'est de nouveau amélioré en décembre, reflétant l'espoir des marchés de voir l'inflation refluer prochainement dans la première économie de la zone euro, selon le baromètre ZEW.

Et si la Chine a connu sa pire croissance annuelle en près de 40 ans, selon les données officielles, les indicateurs économiques de la fin d'année ont été meilleurs qu'attendu par les analystes.

Toutefois en janvier aux Etats-Unis, l'activité manufacturière dans la région de New York, a chuté plus fortement qu'attendu, signe supplémentaire du ralentissement économique en cours dans le pays, voire d'un risque de récession dans les prochains mois.

LVMH vaut plus de 400 milliards d'euros

Le numéro 1 mondial du luxe LVMH a dépassé pour la première fois le seuil des 400 milliards d'euros de capitalisation boursière, un niveau inédit pour une entreprise européenne.

L'action a terminé en hausse de 0,59% à 797,40 euros, avec un pic en séance à 803,20 euros. A la clôture, sa valorisation était de 401 milliards d'euros.

Retraite : épargnez en payant moins d'impôts. 13 contrats comparés

Les autres valeurs du luxe ont connu des destins divers, en nette baisse pour Kering (-0,98% à 555,10 euros) et en nette hausse pour Hermès (+1,78% à 1.658 euros).

Renault s'accorde avec Nissan

Nissan (+2,69% à Tokyo) et Renault (+1,89% à 38,02 euros) se sont mis d'accord dans la nuit de lundi à mardi pour refondre leur alliance après des mois de négociations, les annonces formelles étant désormais prévues pour fin janvier-début février. Le constructeur est l'entreprise qui a le plus progressé à la Bourse de Paris en 2023, avec +21,57%.

Engie dégradé

Engie a signé la plus forte baisse du CAC 40 (-5,47% à 12,47 euros), pénalisé par une note de Bank of America prévenant que « le pire est à venir » pour l'entreprise et jugeant peu probable qu'elle relève ses prévisions de résultats pour 2023.

Dans son sillage, Veolia a perdu 1,42% à 27,08 euros.