La Bourse de Paris a terminé en hausse de 0,64% jeudi, aidée à nouveau par de bons résultats d'entreprises et malgré des perspectives économiques particulièrement maussades, notamment mises en évidence par la Banque d'Angleterre.

L'indice CAC 40 a pris 41,33 points, repassant au-dessus des 6.500 points (6.513,39 points) pour la première fois depuis le 7 juin. La veille, la place parisienne avait gagné 0,97%.

La cote parisienne a été « tirée par les hausses des marchés américains d'hier et avant-hier, eux-mêmes tirés par l'indice d'activité dans les services aux États-Unis ressorti bien au-dessus des attentes, ce qui efface les craintes de récession », explique Grégory Huet, gérant de portefeuille chez Amplegest.

Les dernières publications de résultats continuent de plus de pousser les indices vers le haut selon lui. Les valeurs bancaires ont terminé en haut du CAC 40 après la publications des résultats de Crédit Agricole.

Cela a compensé la révision à la baisse des prévisions de croissance future au Royaume-Uni de la Banque d'Angleterre, qui prévoit « une contraction de la production chaque trimestre » entre les trois derniers mois de 2022 et les trois derniers de 2023.

L'institution britannique a également procédé à la plus forte hausse de ses taux directeurs depuis 1995, une mesure drastique pour contrer l'inflation que la Banque centrale voit désormais dépasser 13% sur un an en octobre.

« Demain on attend les chiffres de l'emploi aux États-Unis », rappelle M. Huet. « Ils pourraient faire bouger les marchés comme cela a été le cas pour l'indice d'activité dans les services ». Les investisseurs scrutent en effet toute donnée concernant la santé des économies, dans un contexte de resserrement monétaire.

« Il y a toujours des craintes de récession et beaucoup d'incertitudes, mais on se demande si le pire du pire ne serait pas déjà derrière nous, car au final on a des chiffres économiques mitigés mais bien meilleurs qu'attendu », explique Grégory Huet.

Tencent pourrait se renforcer chez Ubisoft

L'action d'Ubisoft, principal éditeur de jeux vidéo français, à grimpé de 10,96% à 46,69 euros, après des informations de presse évoquant une possible montée à son capital du géant chinois des technologies Tencent, qui détient déjà une participation de 5%.

Économisez sur les frais et gagnez jusqu'à 500 € grâce à notre comparatif des assurances vie

Racines solides pour le Crédit agricole

Le groupe bancaire français a enregistré un bénéfice net de 2,8 milliards d'euros au deuxième trimestre, comme l'année précédente à la même période, la hausse des charges et du coût du risque ayant effacé en grande partie la progression des revenus. Le titre a pris 4,65% à 9,54 euros.

Dans son sillage, BNP Paribas a gagné 2,26% à 48,33 euros et Société Générale 2,06% à 22,77 euros.

Believe inspire confiance

L'entreprise issue de la « French Tech », spécialisée dans l'accompagnement d'artistes et de labels indépendants, a vu son titre grimper de 6,31% à 10,20 euros, après avoir annoncé mercredi une croissance de son chiffre d'affaires de 35,4% (à 352,2 millions d'euros) au premier semestre et réduit ses pertes à 6,153 millions d'euros contre 19,578 millions au premier semestre 2021.