Fin de séance. La cloche de la Bourse de Paris a retenti vendredi pour la dernière fois de l'année. Les marchés sont désormais fermés jusqu'au 2 janvier. Au global, 2021 aura été un excellent millésime pour les investisseurs. Mais si plusieurs titres ont su tirer leur épingle du jeu, pour d'autres, la chute est vertigineuse.

Ce mardi 28 décembre, le CAC 40 a de nouveau battu tous les records. Après avoir culminé à 7.183,08 points en séance, l'indice phare de la place de Paris a clôturé à 7 181,11 points. Du jamais vu.

En novembre dernier, le CAC 40 avait déjà fait tomber son précédent record (6.922,33 points), demeuré intouchable pendant plus de 20 ans. Résultat ? Après un léger recul en 2020 (-7%), la place de Paris finit l'année 2021 en fanfare : son indice vedette enregistre une hausse spectaculaire de +28,85% à 7.153,03 points le 31 décembre 2021.

Retraite : épargnez en payant moins d'impôts. 13 contrats comparés

Un excellent millésime

Il faut dire qu'après plusieurs mois de paralysie en 2020, l'économie mondiale est repartie sur les chapeaux de roue. Selon les dernières projections macroéconomiques de la Banque de France, la croissance du PIB devrait ainsi atteindre 6,7% en 2021.

Autre signal fort pour les investisseurs : les excellents résultats financiers publiés par les entreprises au troisième trimestre 2021. Soutenus par la reprise économique mondiale, les chiffres dépassent toutes les attentes. Société Générale enregistre par exemple un bénéfice trimestriel de 1,6 milliard d'euros, le meilleur résultat de son histoire.

Même son de cloche du côté d'Airbus, pour qui les cieux se dégagent après une année 2020 difficile. « Malgré la persistance de la pandémie de Covid-19, les nombreuses mesures déployées par nos équipes ont permis d'atteindre de solides performances (...). Nous sommes donc en mesure de relever nos prévisions 2021, en dépit du contexte toujours imprévisible », a déclaré Guillaume Faury, le président exécutif du groupe.

Bourse : la moitié des entreprises du CAC 40 sont-elles à fuir ?

De bons résultats que les entreprises n'ont pas hésité à partager avec leurs actionnaires. Le groupe agroalimentaire Danone a par exemple annoncé le lancement d'un programme de rachat d'actions allant jusqu'à 800 millions d'euros. ArcelorMittal prévoit un programme similaire pour un montant maximum de 1 milliard d'euros.

Le soutien constant des banques centrales à l'économie a également rassuré les marchés tout au long de l'année. Lors de ses dernières réunions, « la Banque centrale européenne n'avait pas du tout un discours agressif », et a réfuté la perspective d'une hausse des taux dès l'année prochaine, déjà anticipée par les investisseurs, explique Alexandre Baradez, analyste d'IG France.

Résultat : la majorité des valeurs du CAC 40 enregistrent de fortes hausses. Dans le détail, si le début d'année a principalement profité aux valeurs « tech », les secteurs de la banque et du luxe enregistrent les plus belles progressions. Sur le podium, on retrouve ainsi Société Générale (+80,85%), Hermès Intl (+73,68%) et Capgemini (+67,90%).

Bourse : les robots de trading, bon plan ou arnaque ?

Les actions qui ont le plus progressé en 2021

  • Société Générale (+80,85% à 30,65 euros)
  • Hermès Intl (+73,68% à 1550 euros)
  • Capgemini (+67,90% à 213,10 euros)
  • Veolia (+66,21% à 32,29 euros)
  • Saint-Gobain (+61,25% à 62,49 euros)
  • Eurofins Scientific (+50,63% à 108,46 euros)
  • Dassault Systèmes (+55,22% à 51,40 euros)
  • Publicis Groupe (+48,28% à 59,28 euros)
  • Arcelormittal (+42,77% à 28,11 euros)
  • Essilorluxottica (+46,54% à 188,14 euros)
  • Schneider Electric (+41,65% à 174,72 euros)
  • Teleperformance (+39,80% à 394,30 euros)
  • Stmicroelectronics (+36,64% à 43,66 euros)
  • LVMH (+41,96% à 733 euros)
  • BNP Paribas (+41,29% à 61,37 euros)
  • Legrand (+36,18% à 103,70 euros)
  • Stellantis (+35,51% à 16,93 euros)
  • Michelin (+35,04% à 146,95 euros)
  • AXA (+34,71% à 26,46 euros)

Valeurs sur les 12 derniers mois à compter du 3 janvier 2022.

Mais toutes les entreprises ne tirent pas leur épingle du jeu. Si certains titres parviennent tout juste à l'équilibre, comme Thalès (+0,59%), d'autres plongent complètement. C'est notamment le cas du spécialiste des services de paiement Worldline, qui enregistre une chute spectaculaire (-39,07%).

Le géant ferroviaire Alstom clôture également 2021 dans le rouge (-34,83%), pénalisé par une intégration de Bombardier plus coûteuse que prévue. Après avoir essuyé une perte nette historique de plus de 8 milliards d'euros en 2020, le constructeur automobile Renault, quant à lui, affiche la troisième plus grosse perte de l'année (-14,58%).

Bourse : 5 règles d'or pour réussir ses premiers placements

Les actions qui ont baissé en 2021

  • Worldline (-39,07% à 49,67 euros)
  • Alstom (-34,83% à 32,05 euros)
  • Renault (-14,58% à 31,46 euros)
  • Safran (-7,31% à 110,56 euros)
  • Bouygues (-7,44% à 31,88 euros)
  • Orange (-5,40% à 9,45 euros)

Valeurs sur les 12 derniers mois à compter du 3 janvier 2022.

Une grande question demeure : et après ? A l'approche de 2022, le variant Omicron et le retour de l'inflation sont sur toutes les lèvres. Pourtant, les investisseurs demeurent optimistes. Interrogé par l'AFP, Nicolas Chéron, stratégiste chez Zonebourse, estime que « les marchés regardent après le Covid, se projettent en 2022. Or, cela va être une année dans la lignée du rebond majeur de 2021 : le PIB mondial devrait croître plus vite que la moyenne des 20 dernières années, même si moins qu'en 2021 », ce qui se répercutera sur les résultats des entreprises.

Bourse : quelle banque ou courtier choisir ?