La Bourse de Paris devrait ouvrir de nouveau en baisse mercredi, incapable de rebondir après deux séances de baisse tandis que les chiffres sur l'économie en Chine ont été plus faibles qu'attendu.

Le contrat à terme de l'indice vedette CAC 40 évoluait en baisse de 0,22% une quarantaine de minutes avant l'ouverture de la séance. La veille, il avait baissé de 0,36%.

Le léger ralentissement mardi de l'inflation aux Etats-Unis n'avait pas suffi mardi à stopper le mouvement de consolidation sur les marchés américain, qui ont fini en baisse : Dow Jones a lâché 0,84%, l'indice Nasdaq à forte composante technologique, 0,45% et l'indice élargi S&P 500, 0,57%.

Les nouvelles de l'Asie arrivées dans la nuit ne sont pas plus réjouissantes pour les investisseurs : les ventes de détail en Chine ont connu en août leur plus faible progression depuis un an, avec une hausse de 2,5% alors que les analystes anticipaient un rythme de 7%.

La faible performance du mois d'août pour la consommation est « la conséquence du rebond épidémique » en Chine, qui « pèse sur la confiance des consommateurs », a remarqué pour l'AFP l'analyste Rajiv Biswas, du cabinet IHS Markit.

De son côté, la production industrielle s'est affichée en août en hausse de 5,3% sur un an, mais ce rythme est là aussi inférieur au mois précédent (6,4%). En cours de séance, les investisseurs prendront connaissance des chiffres pour la production industrielle en zone euro et aux Etats-Unis.

Les marchés manquent de direction claire et n'en n'auront pas en l'absence « de visibilité à propos de la politique monétaire que pourrait suivre la Réserve fédérale américaine » dans une semaine, note Christopher Dembik, directeur stratégie et macro-économie de Saxo Banque.

L'institution doit préciser la semaine prochaine la date du début de la baisse du soutien au marché via des rachats d'actifs, une politique qui a contribué au rebond des marchés depuis un an et demi.

Économisez sur les frais et gagnez jusqu'à 400 € grâce à notre comparatif des assurances vie

« Etant donné les risques économiques et financiers qui s'accentuent, nous pensons que le marché américain va manquer d'impulsion à court terme pour aller beaucoup plus haut. Cela aura évidemment un impact sur la dynamique à la Bourse de Paris », continue M. Dembik.

Parmi les indicateurs scrutés, l'inflation a bondi à 3,2% au Royaume-Uni, une nette hausse par rapport à 2% en juillet.

Parmi les valeurs à suivre mercredi

L'entreprise française Carmat a annoncé mardi que son cœur artificiel avait été implanté sur six patients depuis juillet en Allemagne et en Italie, des opérations qui lui ont permis de générer ses deux premiers millions d'euros de chiffre d'affaires depuis son lancement en 2008.