La Bourse de Paris a retrouvé du tonus (+0,74%) mercredi au lendemain d'une baisse de régime, tirée par le secteur du luxe qui profite de la reprise en cours.

L'indice CAC 40 a récupéré 45,44 points à 6.210,55 points au lendemain d'une forte baisse de 2,09%.

La cote parisienne a été « tirée par le luxe » qui pèse pour environ 25% de l'indice, constate Frédéric Rozier, gestionnaire de portefeuille à Mirabaud France, interrogé par l'AFP.

En revanche, le secteur bancaire est resté à la traîne.

Le chiffre d'affaires trimestriel du groupe de luxe Kering a dépassé le consensus, permettant au marché parisien de reprendre de la hauteur en dopant en même temps toutes les consoeurs du secteur.

Tombé dans un trou d'air l'an dernier, subissant de plein fouet les restrictions liées à la pandémie, le segment du luxe a su se redresser, dépassant le niveau de ventes d'avant crise.

Après avoir enchaîné les records la semaine dernière, les marchés ont montré une forme de fragilité mardi.

« Le marché est plus sensible à la déception » en cette période de publications de résultats, et a « besoin de trouver des catalyseurs », explique M. Rozier.

« Pour faire monter les cours, il faut une énorme surprise mais par contre, au moindre grain de sable, le marché est à la recherche d'un prétexte pour consolider », souligne-t-il.

Kering en locomotive

Le groupe français a réalisé un chiffre d'affaires au premier trimestre 2021 qui dépasse le niveau pré-pandémie de 2019. Son titre a gagné 4,17% à 652,20 euros et a emporté dans son sillage LVMH (+3,19% à 624,60 euros) et Hermès (+1,63% à 1.026,50 euros).

Économisez sur les frais et gagnez jusqu'à 350 € grâce à notre comparatif des assurances vie

Carrefour en tête du CAC 40

Le distributeur a enregistré des ventes solides au premier trimestre et a annoncé son premier programme de rachat d'actions depuis dix ans, ce qui a fait bondir son cours de Bourse (+5,03% à 15,86 euros).

Valneva contourne l'UE

Le titre a décroché de 6,18% à 11,99 euros. Faute d'accord avec l'Union européenne, le laboratoire franco-autrichien va se tourner vers des discussions pays par pays pour fournir son candidat-vaccin contre le Covid-19.