La Bourse de Paris se prépare à ouvrir en légère baisse mercredi, au lendemain de prises de bénéfices des investisseurs qui ont conduit la cote parisienne et d'autres places mondiales dans le rouge.

Le contrat à terme sur l'indice CAC 40 perdait 0,10% une trentaine de minutes avant l'ouverture. Lundi, la cote parisienne a fini en forte baisse de 2,09% à 6.165,11 points, mettant un terme à cinq séances consécutives de hausse.

Tout comme de nombreuses places boursières, Wall Street a enregistré des pertes lors de la séance de mardi.

« Les indices européens devraient ouvrir en baisse ce matin dans le sillage des marchés américains plombés par un cocktail explosif constitué de résurgence de cas de coronavirus (en Inde, Brésil et Asie), d'indicateurs en zone de surchauffe, d'une baisse des valeurs cycliques et plus globalement d'une inversion (momentanée) de la tendance », explique John Plassard, responsable de l'investissement chez Mirabaud.

Au Royaume-Uni l'inflation a rebondi en mars à 0,7% sur un an, comparé à 0,4% en février.

Valeurs à suivre

Valneva : faute d'accord avec l'Union européenne, le laboratoire franco-autrichien va se tourner vers des discussions pays par pays pour fournir son candidat-vaccin contre le Covid-19.

Kering : le groupe français a réalisé un chiffre d'affaires sur le premier trimestre 2021 qui dépasse le niveau pré-pandémie de 2019.

Retraite : épargnez en payant moins d'impôts. 11 contrats comparés

Carrefour : le distributeur a enregistré des ventes solides au premier trimestre et a annoncé son premier programme de rachat d'actions depuis dix ans.

Worldline : le groupe de paiements électronique a vu son activité chuter de 9% au premier trimestre en raison des restrictions sanitaires mais maintient ses objectifs.

Sartorius Stedim Biotech : le fournisseur de matériels pour le secteur biopharmaceutique a affiché des résultats en très forte progression au premier trimestre, en lien avec la fabrication de vaccins.

Suez/Veolia : les fonds d'investissement Ardian et GIP ont décidé qu'ils ne participeraient pas au projet de « nouveau Suez », le futur groupe prévu par l'accord de rapprochement entre Suez et Veolia, jugé insatisfaisant.