La Bourse de Paris chutait de 1,38% mardi, à la mi-journée, comme la plupart des marchés actions mondiaux, inquiets de valorisations des actifs qui pourraient être trop élevées.

A 12H40 (10H40 GMT), l'indice CAC 40 reculait de 86,27 points à 6.210,42 points. Lundi, la cote parisienne avait fini en légère hausse de 0,15% à 6.296,69 points, un plus haut en clôture depuis novembre 2000.

Aux Etats-Unis, Wall Street se préparait à ouvrir en repli également.

Les marchés évoluent à des sommets depuis plusieurs semaines, à l'instar du Dax de Francfort ou du S&P à New York qui ont battu des records vendredi.

« La situation macroéconomique semble bien assimilée pour l'instant en ce qui concerne les vaccins, la pandémie, la Fed, les mesures de relance... Le point d'interrogation porte sur la capacité des bénéfices des entreprises à satisfaire les attentes pour soutenir les valorisations actuelles », explique Neil Wilson, analyste en chef de Markets.com.

« Dans la configuration actuelle, il est difficile de voir plus de place pour une montée » des marchés, « un repli est beaucoup plus probable avec la hausse des taux » obligataires, ajoute-t-il.

Les exigences des investisseurs vis-à-vis des résultats d'entreprises sont donc particulièrement élevées en cette période et, même si les grands groupes n'ont pas déçu pour l'instant, les marchés pourraient corriger des survalorisations.

En France, plusieurs sociétés ont publié des revenus en baisse mardi matin.

A l'agenda, il reste les résultats de Kering, qui seront publiés après la clôture.

Lundi, les investisseurs ont été préoccupés par une légère hausse des taux d'intérêt obligataires dans l'après-midi.

Le taux d'emprunt à 10 ans de la France est repassé en territoire positif, à 0,008%.

Le marché est par ailleurs dans l'attente de la prochaine réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne, prévue jeudi.

Atos chute

Le géant informatique français enregistrait la pire baisse du CAC 40 (-6,51% à 57,12 euros) après avoir annoncé des ventes en baisse au premier trimestre et trois acquisitions dans les secteurs du numérique, de la cybersécurité et du « Big Data ».

Danone manque de jus

Le titre Danone perdait 2,82% à 58,64 euros, après la publication d'un chiffre d'affaires en recul de plus de 9% au premier trimestre 2021.

Nouvel épisode Suez-Veolia

Électricité, gaz : réduisez votre facture avec notre comparateur en ligne

Les fonds d'investissement Ardian et GIP ont jugé que l'accord trouvé entre Suez (+0,15% à 19,89 euros) et Veolia (-1,02% à 27,20 euros) n'était « pas acceptable » en l'état. Ils font partie des repreneurs annoncés du nouveau Suez.

Vallourec va devenir une SA

Les actionnaires de Vallourec (-3,67% à 27,80 euros) ont approuvé le plan de restructuration financière du groupe ainsi que la future transformation de la gouvernance en société anonyme à conseil d'administration.

Changement de tête à L'Oréal

Les actionnaires de L'Oréal ont accueilli favorablement le nouveau directeur général, Nicolas Hieronimus, qui succèdera à Jean-Paul Agon à la tête du mastodonte français des cosmétiques. Le titre prenait 0,09% à 339,10 euros, l'un des deux seuls actifs du CAC 40 dans le vert mardi.

Air France recule

Air France-KLM (-3,74% à 4,84 euros) a annoncé lundi le succès de son augmentation de capital de 1,036 milliards d'euros, une étape dans le plan de soutien accordé au groupe. L'Etat français va voir sa participation doubler à 28,6%.