La Bourse de Paris s'appretait à ouvrir en hausse jeudi une séance où elle va cette fois-ci se pencher sur le compte-rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la BCE, après avoir pris connaissance la veille de celui de la Fed.

Le contrat à terme sur l'indice CAC 40 prenait 0,45% une quarantaine de minutes avant l'ouverture, au lendemain d'une clôture à l'équilibre (-0,01%).

La Bourse de New York a également conclu proche de l'équilibre une séance sans entrain, le S&P a cependant grimpé à un nouveau record.

« Les indices européens devraient ouvrir en légère hausse ce matin malgré le message mixte des minutes de Fed qui relève que malgré une amélioration de l'économie américaine, la Réserve Fédérale américaine était encore loin d'avoir atteint ses objectifs », ont estimé dans une note les experts de Mirabaud Securities Genève.

Les responsables de la banque centrale américaine se sont montrés plus divisés sur la manière dont va évoluer l'inflation, certains s'inquiétant d'une trop forte hausse des prix tandis que d'autres pensent qu'elle restera faible.

« Le scénario d'un fort rebond d'activité outre-Atlantique a été confirmé par la publication du compte-rendu de la dernière réunion de la banque centrale américaine », a analysé pour sa part Christopher Dembik, directeur associé chez Berenberg.

« Ses membres ont salué le plan de relance de l'administration Biden qui dépasse leurs attentes. Ils ont toutefois clairement laissé entendre qu'un changement de politique monétaire à court et à moyen terme n'est pas d'actualité, ce qui devrait rassurer les investisseurs sur les intentions de la Fed », a-t-il poursuivi.

Ce jeudi, c'est au tour de la Banque centrale européenne de publier le compte-rendu de sa réunion de politique monétaire de mars.

Les investisseurs seront également attentifs à une conférence de presse du FMI en conclusion des réunions de printemps, ainsi qu'à un débat sur l'économie avec le FMI, la Fed, l'OMC et les chefs de l'Eurogroupe.

Économisez sur les frais et gagnez jusqu'à 400 € grâce à notre comparatif des assurances vie

Toujours sur le plan macroéconomique, la secrétaire au Trésor Janet Yellen avait déclaré la veille que la hausse des impôts des entreprises américaines voulue par l'administration Biden pour financer des investissements dans les infrastructures doit encourager les autres pays à suivre le mouvement et cesser de réduire toujours plus cette fiscalité.

Joe Biden a lancé mercredi un vibrant plaidoyer pour convaincre le Congrès d'adopter son plan d'investissements de quelque 2.000 milliards de dollars, indispensable selon lui pour que les Etats-Unis tiennent tête à la Chine.

Côté indicateurs, le marché prendra connaissance des demandes hebdomadaires d'allocations chômage aux Etats-Unis.

Sur le front sanitaire, la commissaire européenne à la Santé Stella Kyriakides a appelé mercredi les membres de l'UE à se coordonner et à « parler d'une seule voix » sur le vaccin AstraZeneca contre le coronavirus, dont plusieurs pays ont restreint l'usage, afin de ne pas nourrir la défiance.