La Bourse de Paris reculait de 0,71% vendredi à la mi-séance, affectée par une chute la veille des indices américains à Wall Street, dans un contexte de tensions sur les marchés obligataires et de nouvelles restrictions touchant l'Hexagone.

L'indice vedette CAC 40 perdait 38,43 points à 6.024,36 points vers 12H40 (11H40 GMT).

La forte remontée des rendements obligataires américains a fait chuter jeudi soir l'indice Nasdaq (-3,02%) et reculer les indices Dow Jones et S&P 500. Les contrats à terme vendredi indiquent une ouverture prochaine en très léger rebond.

« La chute des valeurs technologiques et la hausse des rendements obligataires ont signalé que les craintes liées à la hausse de l'inflation n'ont pas disparu », observe Milan Cutkovic, analyste pour Axi, malgré le discours apaisant du patron de la Banque centrale américaine Jerome Powell cette semaine.

Le recul des rendements obligataires européens vendredi ne suffisait pas à calmer l'anxiété ambiante. Le taux français à dix ans refluait de 3,1 points de base, à -0,051%.

A la chute de Wall Street s'est ajoutée la plus lourde baisse des cours du pétrole depuis le mois de septembre jeudi, d'environ 7%, dans un marché peu rassuré par les perspectives de demande, en pleine période de durcissement des restrictions de déplacement à travers le Vieux continent en raison du Covid-19.

La France est le dernier pays à ce stade à avoir été touché par les restrictions, un tiers des habitants devant être reconfinés vendredi à minuit pour au moins un mois, avec ouverture des écoles.

Le gouvernement a toutefois maintenu sa prévision d'une croissance de 6% cette année.

Les cours du brut rebondissaient légèrement vendredi.

Renault, Stellantis, Airbus...

Les entreprises liées à la reprise de l'activité économique faisaient partie des plus fortes baisses de l'indice CAC 40, sous l'effet des nouvelles mesures de restrictions françaises : Renault lâchait 3,09% à 38,84 euros, Stellantis 2,43% à 15,03 euros, Airbus 2,48% à 98,59 euros et Société Générale 2,24% à 22,30 euros.

Économisez sur les frais et gagnez jusqu'à 400 € grâce à notre comparatif des assurances vie

Danone veut gâter les actionnaires

Le nouveau président de l'entreprise Gilles Schnepp, désigné après l'éviction d'Emmanuel Faber, promet d'oeuvrer pour « accélérer la création de valeur » en faveur des actionnaires mécontents des performances du géant agroalimentaire français, qui prenait 0,82% à 59,36 euros.

Total se met au vert

Le groupe pétrolier (-1,27% à 39,92 euros) était affecté par le plongeon des cours du pétrole la veille.

L'entreprise a par ailleurs annoncé jeudi qu'elle présenterait pour la première fois une résolution sur le climat lors de sa prochaine assemblée générale au cours de laquelle elle proposera le renouvellement pour trois ans de son PDG Patrick Pouyanné.