L'indice vedette parisien CAC 40 creusait encore ses pertes à une heure trente de la clôture mercredi, sous l'effet des vives craintes liées aux décisions de restrictions de déplacements en raison de la deuxième vague de Covid-19.

Le CAC 40 abandonnait 4,07% à 4.538,05 points vers 16H00 (15H00 GMT), suivant un mouvement de fort repli mondial. Le Dax allemand lâchait 4,39%, Londres 3,21% tandis que le Nasdaq et le Dow Jones américains reculaient de plus de 3%.

Le président Emmanuel Macron pourrait annoncer mercredi soir un reconfinement généralisé en France pour tenter de contenir la deuxième vague du Covid-19, qui a fait plus de 500.000 contaminations dans le monde en une journée.

L'Europe est le continent dans lequel la pandémie progresse le plus rapidement, avec plus de 220.000 nouvelles contaminations quotidiennes en moyenne durant les sept derniers jours, soit une augmentation de 44% par rapport à la semaine précédente.

Logiquement, les entreprises liées au commerce sont celles qui étaient le plus affectées par la possibilité que les Français soient obligés de rester chez eux et perdent pour certain leur emploi en raison de la crise.

Renault connaissait la plus forte baisse du CAC 40 avec un repli de 7,45% à 21,05 euros, Kering plongeait de 4,80% à 519,40 euros, et Publicis de 5,73% à 29,13 euros.

Crédit auto : trouvez le meilleur prêt pour votre voiture !

« Les entreprises qui ont tout juste réussi à s'en sortir au printemps pourraient ne pas survivre à une autre période sans activité malgré le généreux soutien » annoncé par les États à travers la planète ces derniers mois, observe dans une note Russ Mould, analyste à AJ Bell.

Un confinement total coûterait 2 à 2,5 points de PIB par mois à l'économie française, a indiqué le ministre des Comptes publics Olivier Dussopt mercredi.