La place parisienne renouait jeudi avec la défiance du début de semaine et se dirigeait vers une ouverture en nette baisse, au lendemain d'un durcissement des mesures de restrictions en France face à la résurgence du Covid-19.

Le contrat à terme sur l'indice parisien chutait de 1,05% une quarantaine de minutes avant l'ouverture.

Le gouvernement français a annoncé mercredi de nouvelles mesures draconiennes sur le territoire contre le Covid-19, dont des mesures particulièrement fortes à Marseille.

« La hausse du nombre d'infections et la hausse des restrictions coupent les jambes de la reprise française avant même qu'elle n'ait pu vraiment s'exprimer », souligne Michael Hewson, analyste en chef pour CMC Markets UK.

Jeudi la ville allemande de Munich durcit elle aussi ses restrictions anti-virus, et la fermeture obligatoire à 22 heures des pubs, des bars et des restaurants entre en vigueur en Angleterre.

A l'échelle européenne, la pandémie de Covid-19 a déjà contaminé plus de cinq millions de personnes pour 227.130 morts, selon un comptage réalisé par l'AFP mercredi. Un autre seuil symbolique avait été franchi la veille aux Etats-Unis avec plus de 200.000 morts.

L'Europe redevient progressivement le centre des préoccupations des investisseurs, les principaux indices du Vieux continent affichant une forte baisse depuis le début de semaine après un lundi particulièrement sombre en Bourse.

La tendance jeudi était également plombée par un nouveau plongeon la veille à la clôture des multinationales du secteur technologique américain. L'indice Nasdaq a notamment perdu 3,02%.

PARMI LES VALEURS A SUIVRE JEUDI

Veolia, Suez, Engie. « Ultimatum », « dépeçage »... le ton est monté d'un cran entre les directions de Suez et Veolia, qui ont été auditionnées successivement mercredi à l'Assemblée nationale, tandis qu'en soirée Suez a cherché à contrecarrer les plans de Veolia en annonçant un dispositif juridique rendant incessible sa branche Eau française pendant quatre ans.

Airbus, Air France-KLM. Les nouvelles restrictions françaises sur les déplacement devraient repousser encore la perspective d'une normalisation de la situation et la remise sur pieds du secteur du tourisme.

Le secteur technologique, STMicroelectronics, Worldline et Dassault Systemes, après un nouveau plongeon des multinationales américaines de la tech mercredi.