La Bourse de Paris est attendue en nette hausse mercredi, tentant de repartir dans le sillage du rebond des marchés américains mardi et avant les estimations des indicateurs d'activité PMI de septembre.

Le contrat à terme de l'indice CAC 40 progressait de 1,04% une quarantaine de minutes avant l'ouverture de la séance. Mardi, il avait échoué à rebondir, perdant 0,40% à 4.772,84 points, sa cinquième baisse consécutive.

« La solide performance des actions américaines devrait se traduire par une ouverture positive pour les actions européennes », estime Michael Hewson, analyste de CMC Markets.

Les valeurs technologiques ont tiré vers le haut les indices américains, le Nasdaq reprenant 1,71%, l'indice élargi S&P 500 1,05% et le Dow Jones 0,51%.

Autre bonne nouvelle venue d'outre-Atlantique, la Chambre américaine des représentants a approuvé mardi un accord budgétaire avec la Maison Blanche et les républicains pour éviter le « shutdown », soit l'assèchement des financements du gouvernement le 30 septembre.

Cet accord temporaire repousse les âpres négociations jusqu'à la date limite du 11 décembre.

En début de séance, les indicateurs de l'activité dans les services et l'industrie PMI pour septembre sont attendus dans les principaux pays européens.

Après une forte reprise en juillet, l'activité s'était un peu tassée en août, notamment concernant le rebond des services.

« Une nouvelle détérioration des indices en septembre devrait renforcer les inquiétudes, le meilleur scénario envisagé étant une stabilisation », pointe M. Hewson.

Les pays européens sont depuis plusieurs jours contraints de prendre des mesures pour tenter d'endiguer ou de limiter le retour en force de l'épidémie de Covid-19, ce qui continue de peser sur les marchés.

Des confinements locaux et partiels ont commencé dans des régions en Espagne ou au Royaume-Uni, et le premier ministre anglais Boris Johnson a présenté mardi des mesures de restriction. Les pubs et restaurants doivent fermer dès 22H, et le télétravail est de nouveau encouragé.

Par ailleurs, le président de la réserve fédérale américaine, dont les interventions sont toujours scrutées par les marchés, s'exprimera de nouveau devant le Congrès mercredi.

Parmi les valeurs à suivre

Le bras de fer a continué entre Suez et Veolia sur la tentative de rachat du premier par le second. Suez a dénoncé « la casse sociale » que représenterait l'opération de son point de vue, en entraînant le licenciement de 10.000 personnes dans le monde. Veolia a contesté ces chiffres, se disant prêt par ailleurs à discuter avec Engie sur son offre, y compris le prix.

Le numéro deux français du secteur des maisons de retraite et des cliniques privées Orpea a annoncé avoir acquis 50% du quatrième exploitant national de maisons de retraite en Irlande, Brindley Healthcare.