La Bourse de Paris, qui consacrera toute son attention aux conclusions de la banque centrale américaine, s'acheminait mercredi vers une ouverture en léger recul.

Le contrat à terme de l'indice CAC 40 reculait de 0,18% une quarantaine de minutes avant l'ouverture de la séance. La veille, la place parisienne avait fini en petite hausse (+0,35%) à 5.067,93.

La Bourse de New York a clôturé pour sa part sans direction mardi.

« Les marchés européens devraient ouvrir en ordre dispersé avec un biais légèrement baissier avant l'issue de la réunion tant attendue de la Réserve fédérale américaine », indique Michael Hewson, analyste pour CMC Markets.

La Banque centrale américaine, la Fed, va présenter mercredi ses prévisions pour la première économie du monde jusqu'en 2023, à l'issue de sa dernière réunion monétaire avant l'élection présidentielle du 3 novembre.

Aucun changement de politique monétaire n'est attendu par les acteurs de marché qui se focaliseront sur la conférence de presse du président de la Fed Jerome Powell à 18H30 GMT.

« En réalité, la Fed est en quelque sorte otage des événements, que ce soit une deuxième vague du coronavirus ou une impasse politique au sujet d'un deuxième plan de relance » aux Etats-Unis, estime M. Hewson.

Depuis un mois et demi, les négociations sur une nouvelle aide financière du gouvernement fédéral pour sortir la première économie mondiale de la crise piétinent au Congrès.

Les conséquences de la pandémie en cours sont mortifères pour l'économie mondiale que les banques centrales et les gouvernements s'efforcent de revitaliser par l'injection de liquidités et des plans de relance massifs.

La perte pour le secteur touristique est estimée à 460 milliards de dollars au premier semestre par l'Organisation mondiale du tourisme (OMT).

Avant la Fed, les investisseurs auront pris connaissance de la santé des consommateurs américains avec les ventes au détail pour août.

Valeurs à suivre

Europcar : l'agence de notation S&P Global Ratings a abaissé de trois crans la note financière du loueur de voitures qui cherche à restructurer sa dette après avoir été très fragilisé par la pandémie de Covid-19.

Suez : le groupe a annoncé mercredi entrer en négociations avec PreZero, branche environnementale du groupe Schwarz, pour lui céder des activités de recyclage dans quatre pays européens pour 1,1 milliard d'euros.

Le secteur automobile dans son ensemble : le président de la Plateforme automobile (PFA), Luc Chatel, qui représente les entreprises du secteur en France, s'inquiète d'une possible nouvelle taxe sur le poids des véhicules, dans une interview au quotidien L'Opinion publiée mardi.

GL Events : le leader de l'évènementiel dont l'activité s'est retrouvée paralysée du fait de la crise sanitaire, a brutalement plongé « dans le rouge » au premier semestre et table sur une perte de l'ordre de 50 millions d'euros en année pleine.