psa

La Bourse de Paris attendue en baisse après trois séances dans le vert

Bourse de Paris
© maximeadow - Fotolia.com

La Bourse de Paris devrait ouvrir en baisse vendredi, reprenant son souffle après trois séances dans le vert, alors que le nombre de victimes du coronavirus et la mobilisation pour y faire face vont crescendo.

Le contrat à terme sur le CAC 40 perdait 1,30% une quarantaine de minutes avant l'ouverture de la séance. La veille, il avait pris 2,51% à 4.543,58 points.

Wall Street a pour sa part fini sur un bond de 6,38%, en dépit du nombre record de demandes hebdomadaires d'allocations chômage aux Etats-Unis qui ont culminé à 3,3 millions.

« Le rebond sur les marchés européens et américains s'est poursuivi hier, l'indice Dow Jones signant sa plus forte progression sur trois jours depuis les années 30 » et ce en dépit d'un « nombre choquant de demandeurs d'emploi », a observé Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

Mais « en réalité les investisseurs s'attendaient à un nombre vertigineux et à ce que les demandes se chiffrent en millions », a-t-il ajouté.

En Asie, les indices se sont inscrits vendredi dans le sillage de Wall Street, mais, selon lui, cela ne devrait pas se transmettre à l'Europe où « la prudence revient à la fin d'une semaine turbulente ».

« Une ouverture aussi fragile après trois jours de gains n'est pas une surprise face à un contexte aussi incertain avec un nombre de contaminations aux Etats-Unis désormais supérieur à celui de la Chine », a complété l'expert.

Les Etats-Unis dénombraient en effet jeudi soir plus de cas recensés de nouveau coronavirus que tout autre pays dans le monde, dépassant la Chine et l'Italie, et la propagation de la pandémie continuait à s'accélérer et à gravement affecter l'économie mondiale.

Malgré des mesures de confinement sans précédent affectant plus de trois milliards de personnes sur la planète, le nouveau coronavirus a désormais infecté plus d'un demi-million de personnes dans le monde.

La mobilisation ne faiblissait pas non plus.

Un premier signe d'apaisement est même apparu entre Pékin et Washington après une série de joutes verbales, le président chinois Xi Jinping ayant déclaré vendredi lors d'une conversation téléphonique avec son homologue américain Donald Trump que les deux pays, malgré leur rivalité, « doivent s'unir contre l'épidémie » de Covid-19, selon un média officiel.

Les 27 de l'UE ont de leur côté accepté jeudi, sous la pression de l'Italie, où la pandémie provoquée par le nouveau coronavirus a fait le plus de morts, d'examiner sous quinze jours des mesures plus fortes pour faire face à la récession annoncée.

La journée verra par ailleurs la Chambre des représentants aux Etats-Unis voter sur le plan de relance de l'économie pour contrer l'épidémie.

Du côté des indicateurs, les dépenses et revenus des ménages aux Etats-Unis et l'inflation pour février sont attendues, tout comme la confiance des consommateurs pour mars (Université du Michigan).

Valeurs à suivre

Lagardère : Le fonds Amber Capital veut transformer la gouvernance du groupe d'Arnaud Lagardère dont il est désormais le premier actionnaire et en finir dès cette année avec le statut de commandite, le dernier rempart de son dirigeant.

ADP : Le Conseil constitutionnel a constaté officiellement jeudi l'échec du projet de référendum sur la privatisation du groupe Aéroports de Paris qui n'a pas obtenu en neuf mois le soutien de 10% des électeurs exigé pour être validé.

Mr Bricolage : Arrivé quasiment au terme de la cession de ses magasins intégrés, le groupe a réduit sa perte nette en 2019 mais fait désormais face à un début d'année compliqué à cause du coronavirus sans pouvoir encore en chiffrer les effets.

Partager cet article :

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2020 Agence France-Presse.

https://www.moneyvox.fr/actu/MoneyVox

Commentaires

Soyez le premier à réagir à cette actualité !

Ajouter un commentaire

Me prévenir en cas de nouveau commentaire