La Bourse de Paris devrait se stabiliser

bourse de Paris - Palais Brogniart
© Arap - Fotolia.com

La Bourse de Paris devrait ouvrir à l'équilibre vendredi, au terme d'une semaine en dents de scie où l'indice a été balloté au gré des informations au sujet de l'épidémie de coronavirus.

Le contrat à terme sur le CAC 40 grappillait 0,10% une quarantaine de minutes avant l'ouverture de la séance. La veille, il avait fini en recul de 0,19% à 6.093,14 points.

Wall Street a pour sa part fini en léger recul, rattrapée comme les marchés européens par les craintes liées au coronavirus après la révision à la hausse par Pékin du nombre de contaminations.

« Le calme » est attendu sur les marchés « au milieu de la tempête sanitaire », a anticipé David Madden, un analyste de CMC Markets.

« La plupart des indices européens ont perdu du terrain hier alors que les inquiétudes au sujet du coronavirus ont été réactivées », après le changement de méthodologie par les autorités chinois qui a entraîné un bond du nombre de malades contaminés, a-t-il ajouté.

Le bilan de l'épidémie du nouveau coronavirus, révisé par la Chine en raison de « doublons », approchait vendredi 1.400 morts, tandis que les Etats-Unis déploraient un « manque de transparence » de la part de Pékin.

Près de 64.000 cas de contamination ont désormais été enregistrés en Chine continentale (hors Hong Kong et Macao), selon des chiffres officiels, marquant une explosion ces deux derniers jours en raison d'une définition élargie des cas d'infection.

Du côté des indicateurs, en Allemagne, le PIB a stagné au quatrième trimestre 2019.

Outre-Atlantique, les ventes au détail et la production industrielle en janvier sont également au programme, tout comme la confiance des consommateurs pour février (Université du Michigan).

Valeurs à suivre

Vivendi : Le groupe a annoncé un projet d'introduction en Bourse « au plus tard début 2023 » de sa major Universal Music (UMG). Il a également publié jeudi un bénéfice net annuel multiplié par 12,5.

Crédit Agricole : L'entité cotée du groupe bancaire a vu son bénéfice net bondir de 10% l'an dernier, gonflé par une reprise de provision de plus d'un milliard et une bonne performance générale sur le dernier trimestre.

EDF : Le groupe a vu son bénéfice net multiplié par plus de quatre en 2019, gonflé comptablement par des résultats financiers liés à la bonne performance des marchés.

Renault : Le constructeur est tombé dans le rouge l'an dernier, plombé par la baisse de l'activité, la chute de la contribution du partenaire japonais Nissan et une charge fiscale en France.

TF1 : Le groupe a publié vendredi un bénéfice net pour 2019 en hausse de 21,5% sur un an.

Eutelsat : L'opérateur de satellites a annoncé une baisse de 6,4% de son bénéfice net sur les six premiers mois de son exercice décalé.

ADP : Le trafic des aéroports parisiens a progressé de 1,2% en janvier avec un recul de 4,5% pour l'Asie Pacifique, avec un impact du coronavirus qualifié de « limité » pour ce premier mois de l'année.

Bolloré : Le groupe vu son son chiffre d'affaires augmenter de 8% en 2019, tiré par le dynamisme de Vivendi.

Tarkett : Le fabricant de revêtements de sols a vu son bénéfice net réduit de 20% en 2019, pénalisé par une année difficile en Amérique du Nord.

Vicat : Le cimentier a enregistré un bénéfice net stable en 2019 par rapport à l'année précédente, bénéficiant notamment de l'acquisition du brésilien Ciplan.

M6 : Le groupe a publié un bénéfice net annuel en baisse de 5%, attribuée aux récentes cessions d'actifs.

Marie Brizard : Le groupe de spiritueux en difficulté a vu ses ventes reculer de 6,2% en 2019.

Eiffage : Le groupe a remporté un contrat à 117 millions d'euros pour rénover une ligne allemande de chemin de fer.

Akwel : L'équipementier automobile a abaissé jeudi son objectif de croissance de l'activité pour 2020 après avoir publié une hausse de son chiffre d'affaires de 3,7% en 2019.

Covivio : Le groupe immobilier compte racheter plus d'un milliard d'euros de bureaux en Allemagne, fort de résultats marqués par une hausse de son bénéfice annuel.

Recylex : Le groupe a vu son chiffre d'affaires chuter en 2019, en raison notamment de la baisse des cours du plomb et du zinc.

Guerbet : Le groupe a amélioré l'an passé son chiffre d'affaires de 3,5%, grâce notamment à une forte progression sur le marché asiatique.

Partager cet article :

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2020 Agence France-Presse.

Commentaires

Soyez le premier à réagir à cette actualité !

Ajouter un commentaire

Me prévenir en cas de nouveau commentaire