psa

La Bourse de Paris accueille froidement l'accord commercial sino-américain (-0,14%)

Bourse de Paris
© Xiongmao - Fotolia.com

La Bourse de Paris a fini en léger recul (-0,14%) mercredi, accueillant froidement la signature imminente de l'accord commercial sino-américain et s'inquiétant déjà des étapes ultérieures.

L'indice CAC 40 s'est effrité de 8,28 points à 6.032,61 points, dans un volume d'échanges moyen de 3,6 milliards d'euros. La veille, il avait fini sans tendance (+0,08%).

La cote parisienne a passé l'essentiel de la matinée à l'équilibre avant de perdre un peu de terrain.

« Le marché est très prudent. Il n'attend pas grand chose de l'accord qui va être signé en début de soirée à Washington et préfère se concentrer sur l'achat de titres défensifs », a observé auprès de l'AFP Daniel Larrouturou, gérant actions chez Dôm Finance.

« L'aversion au risque entraîne aussi une détente du marché de la dette et sur les indices boursiers une baisse des valeurs financières et cycliques », les plus sensibles à la conjoncture, a-t-il développé.

Le président américain Donald Trump doit parapher mercredi dans la soirée, en présence du vice-Premier ministre chinois Liu He, un accord synonyme de trêve à la guerre commerciale avec Pékin.

« Les sujets principaux ne sont pas abordés ou seulement partiellement, à savoir l'aide systématique par les subventions publiques chinoises à un ensemble très important d'entreprises chinoises », a noté M. Larrouturou.

« Et aujourd'hui, la bonne humeur des Etats-Unis n'a pas traversé l'Atlantique », a relevé l'expert. « En Europe, les marchés cherchent sans les trouver, selon lui, les catalyseurs pour de futures hausses ».

Du côté des indicateurs, c'est surtout le ralentissement de la croissance allemande de 0,6% l'an dernier en raison des tensions commerciales, qui a retenu l'attention.

L'Oréal en tête

Sur le front des valeurs, les titres défensifs, considérés comme les plus sûrs dans un contexte incertain, étaient recherchés.

L'Oréal a ainsi pris la tête de l'indice CAC 40 avec une hausse de 2,12% à 269,40 euros.

Le secteur bancaire a souffert de la baisse des taux d'emprunt sur le marché de la dette.

BNP Paribas a perdu 2,32% à 50,96 euros, Société Générale 1,54% à 30,95 euros et Crédit Agricole 1,20% à 12,77 euros.

Les valeurs cycliques ont aussi été pénalisées, à l'instar de Peugeot (-2,63% à 19,96 euros) ou ArcelorMittal (-3,03% à 14,68 euros).

Altran Technologies a bondi de 2,78% à 14,44 euros pour sa reprise de cotation. Le titre avait été suspendu la veille à la demande de l'AMF après que Capgemini (+0,57% à 114,90 euros) a remonté à la dernière minute son prix d'achat sur Altran.

Safran (+1,20% à 139,25 euros) et Eurazeo (+4,50% à 61,55 euros) ont profité d'un relèvement de leur recommandation à « acheter » contre « neutre » auparavant par Goldman Sachs.

ADP a cédé 0,39% à 177,20 euros. Le trafic des aéroports parisiens a enregistré une hausse de 2,5% en 2019 pour atteindre un total de 108 millions de passagers bien qu'il ait été affecté en décembre par les grèves.

PSB Industries a perdu 4,80% à 18,85 euros, pénalisé par la dégradation de son activité qui s'est accentuée en fin d'année.

GL Events a pris 1,48% à 23,90 euros, fort d'une activité qui a bondi lors de l'exercice écoulé, à la faveur d'un excellent quatrième trimestre.

Thermador a tiré profit (+4,26% à 53,80 euros) d'une cadence toujours soutenue en fin d'exercice, après un troisième trimestre déjà jugé « exceptionnel » dans certaines activités.

Partager cet article :

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2020 Agence France-Presse.

Commentaires

Soyez le premier à réagir à cette actualité !

Ajouter un commentaire

Me prévenir en cas de nouveau commentaire