Avec une perte de 13,8 millions d’euros en 2008, Meilleurtaux, le courtier en prêt immobilier, est en grande difficulté. Mais ses actionnaires, dont le principal est La Caisse d’Épargne, ont décidé mercredi 15 avril qu’il devait poursuivre ses activités.

Réunis mercredi 15 avril en assemblée générale, les actionnaires de Meilleurtaux, ont choisi « de ne pas dissoudre la société et de poursuivre son activité », selon un porte-parole du courtier immobilier.

Début février, Meilleurtaux, qui propose notamment des crédits immobiliers par internet, a annoncé des résultats 2008 négatifs. La société de courtage a perdu 13,8 millions d’euros en 2008 (contre un gain de 2,3 millions en 2007) et son chiffre d’affaire a en un an chuté de 22% (39,2 millions en 2008 contre 50 millions l’année précédente).

Meilleurtaux, un des leaders du courtage sur le net, subit notamment l’effondrement du marché immobilier. Le ralentissement de l’activité a en effet été particulièrement marqué lors du quatrième trimestre 2008.

La situation ne s’améliorant pas début 2009, Meilleurtaux a obtenu en février une nouvelle ligne de financement de 10 millions d’euros. Cet apport d’argent était nécessaire à sa survie, car, rapporte l’AFP, ses capitaux propres étaient alors inférieurs à la moitié du capital.

Frais bancaires : jusqu'à 221 € d'économies grâce à notre comparateur

Meilleurtaux est depuis octobre 2007 sous le contrôle d’Oterom, une holding qui détient 69,15% de ses parts. La Caisse d’épargne y est majoritaire devant les mutualistes de la Maif et de la Macif et le promoteur immobilier Nexity.

En septembre 2007, la Caisse nationale des Caisses d’Épargne était devenue majoritaire dans le capital du courtier avec 50,14% des parts de la société.

En avril, un plan de sauvetage sera présenté par la direction au comité central d’entreprise. Il prévoirait, d’après l’Agefi, la suppression de 150 emplois sur les quelques 500 actuels, soit le départ de près d’un tiers des salariés de l’entreprise.