La Banque centrale de l'Inde a relevé vendredi son taux directeur de 50 points de base pour le porter à 5,40%, tandis que la troisième économie d'Asie est confrontée à un déficit commercial croissant et à un affaiblissement de sa monnaie.

Trois mois après avoir amorcé un cycle de resserrement monétaire, le comité de politique monétaire de la Reserve Bank of India (RBI) a augmenté les taux d'intérêt à un niveau observé pour la dernière fois en août 2019.

« Une inflation élevée et durable pourrait déstabiliser les anticipations d'inflation et nuire à la croissance à court terme », a déclaré le gouverneur de la Reserve Bank of India, Shaktikanta Das, dans une allocution télévisée.

« Il est inquiétant de constater que la mondialisation de l'inflation coïncide avec la dé-mondialisation des échanges. La pandémie de Covid-19 et la guerre ont engendré des tendances à une plus grande fragmentation », a-t-il commenté.

La troisième plus grande économie d'Asie a fortement rebondi après la pandémie avec un des taux de croissance les plus rapides au monde mais elle est à présent confrontée à la hausse des prix due à l'envolée des cours des matières premières.

La semaine dernière, le Fonds monétaire international a revu les perspectives de croissance de l'Inde à la baisse, pour l'exercice financier en cours se terminant en mars 2023, les portant à 7,4%, contre 8,2% en avril.

La reprise du dollar au cours des derniers mois a contribué à la forte dépréciation de la roupie indienne, qui est passée sous les 80, son niveau le plus bas jamais enregistré par rapport au billet vert.

Selon M. Das, la roupie s'est « beaucoup mieux comportée » que la plupart des monnaies des marchés émergents et a « évolué de manière relativement ordonnée, se dépréciant de 4,7% par rapport au dollar américain » depuis le 1er avril.

Il a ajouté que l'économie indienne « restait stable et progressait dans un océan de turbulences et d'incertitudes ».

Le déficit commercial de l'Inde s'est creusé pour atteindre un niveau record de 31 milliards de dollars en juillet, contre 10,6 milliards de dollars sur la même période de l'an dernier, selon les données provisoires publiées mardi.

Frais bancaires : jusqu'à 259 € d'économies grâce à notre comparateur

Les importations ont été plus de deux fois plus élevées que les exportations, tirées par les produits pétroliers et le charbon. L'Inde importe plus de 80% de ses besoins en pétrole brut.

Le pays de 1,4 milliard d'habitants accuse la hausse du prix du pétrole. L'inflation des prix à la consommation s'est située régulièrement au-delà de l'objectif de 2% à 6% de la RBI sur les six premiers mois de l'année. Elle a atteint un niveau record de 7,79% en avril, avant de retomber à 7,01% en juin.

La RBI a maintenu sa prévision de croissance à 7,2% pour l'exercice 2022-23 et conservé sa prévision d'inflation à 6,7%.

Les hausses de taux délibérées de la Réserve fédérale américaine ont encore exacerbé les sorties de capitaux, les investisseurs étrangers ayant retiré 30 milliards de dollars nets de dettes et d'actions au cours du premier semestre 2022.

A la Bourse de Bombay, Sensex a gagné 0,25% vendredi, après l'annonce de la RBI sur les taux d'intérêt.