En matière de frais bancaires, vaut-il mieux habiter en Nouvelle-Aquitaine, en Corse ou en Auvergne-Rhône-Alpes ? Notre étude des Trophées Tarifs de la banque, qui récompensent les établissements les moins chers dans chaque région, met en exergue des différences notables entre territoires. 

Chaque année, MoneyVox mène une grande étude sur les tarifs des banques, basée sur 3 profils de clients-type : Jeune, Classique et Premium. Et les résultats font de nouveau apparaître dans cette édition une certaine disparité de tarifs entre les territoires chez les banques traditionnelles.

Ainsi, sur la base de nos profils et calculs, un jeune client pourra se voir proposer un coût moyen annuel de 37,57 euros en Corse contre 43,42 euros en Bourgogne Franche-Comté, soit environ 15,5% d'écart. Mais attention, ce chiffre reste une moyenne, qui peut être élevée si certains établissements font particulièrement grimper les prix sur le territoire. Mieux vaut donc plutôt chercher dans chaque région la « perle rare », l'établissement à la tarification la plus douce. Pour relativiser par exemple la modicité de la Corse et la cherté de la Bourgogne Franche-Comté, sachez que le jeune ne paiera que 20,50 euros par an à la Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté (banque la moins chère de la région, qui possède pourtant la moyenne la plus élevée) contre 22,70 euros à la Banque Populaire Méditerranée (établissement le moins coûteux de la région ayant la moyenne la plus basse...).

Pour un profil « standard », les écarts de tarif moyen entre les régions sont au maximum de 5% : 168,75 euros en Centre Val de Loire contre 177,50 euros en Occitanie. Le client Premium, lui, se verra réclamer en moyenne 215,53 euros en Nouvelle-Aquitaine contre 233,28 euros en Corse, soit 8,2% d'écart. Mais là encore, tout est relatif : la banque traditionnelle la moins chère pour ce profil, toutes régions confondues, est la Caisse d'Epargne Rhône Alpes (160 euros de frais par an) alors que la région Auvergne-Rhône-Alpes affiche la 2e moyenne la plus élevée pour ce type de client (227,62 euros). D'où l'importance d'observer avec attention les plaquettes tarifaires des banques au moment de rejoindre un établissement ou d'en changer...

Trophées de la Banque - Moyennes régionales

Des écarts jusqu'à 200% entre caisses... d'un même groupe

Vous étiez client du Crédit Agricole Charente-Maritime-Deux-Sèvres, vous déménagez à Nancy et décidez donc de rejoindre le Crédit Agricole Lorraine. Mauvaise idée : alors que vous payiez 162,50 euros dans le premier établissement (pour un profil Premium), vous paierez 250,25 euros dans le second ! Soit 54% de différence.

Jusqu'à 130 € de prime à l'ouverture grâce à notre comparatif de banques en ligne

Pire encore pour un jeune qui quitterait la Caisse d'Epargne Ile de France ou Côte d'Azur pour établir son compte à la Caisse d'Epargne Auvergne-Rhône-Alpes, pensant payer le même prix puisque les banques sont chapeautées par la même maison-mère. Ses frais bancaires annuels passeraient ainsi de 14 euros par an à 44 euros, une augmentation de 214%.

Ecarts tarifs - Banques mutualistes

Une situation qui n'aide pas à la lisibilité des tarifs des banques mutualistes, même si certaines caisses ont des plaquettes tarifaires identiques. Là encore, un seul conseil pour les clients : bien observer les dépliants des banques... ou sauter le pas pour une banque en ligne, au coût bien moindre.

Services « à la carte » versus « offre groupée » : méfiez-vous du package de votre banque