Evolution des canaux de communication, demande de flexibilité, arrivée de l’intelligence artificielle, commercialisation de produits non bancaires… Les métiers de conseiller bancaire et de chargé d’accueil se transforment. Comment le vivez-vous ? MoneyVox lance un appel à témoignages.

« Parfois, je m’interroge sur mon avenir. Mais j’ai 40 ans et ce n’est pas le bon moment pour essayer de trouver un nouveau poste ». Cette lassitude, confiée récemment à MoneyVox par un conseiller bancaire, semble donner du sens aux sondages et statistiques qui témoignent d’un certain malaise au sein de la profession.

En 2019, selon l’Association française des banques, 40% des salariés en CDI ayant quitté leur poste ont démissionné. Ce motif ne concernait que 25% des départs en 2014. Parmi les démissionnaires, les métiers dits de « force de vente », en relation avec le client, sont surreprésentés. Ainsi, 46% des départs des chargés de clientèle particuliers font suite à des démissions (en comparaison, moins de 9% sont partis à la retraite). Cette proportion de démissionnaires grimpe à 51% parmi les conseillers en patrimoine ou encore à plus de 56% parmi les conseillers professionnels.

Comment expliquer cette démobilisation ? Par la transformation digitale, les nouveaux canaux de communication, par l’augmentation des clients en portefeuille, par de nouvelles tâches à mener, par l’intransigeance et la pression croissante des clients, par une rupture du dialogue social… ?

Découvrez les meilleures cartes bancaires gratuites grâce à notre comparatif

Racontez-nous votre quotidien !

Vous êtes chargé d’accueil en agence, chargé de clientèle particuliers, professionnels ou entreprises, téléconseiller ou encore conseiller en patrimoine : parlez-nous de votre quotidien :

  • En quoi votre métier s’est transformé ces dernières années et quelles répercussions ces évolutions ont eu sur vous, votre motivation, votre rémunération ou encore votre vie personnelle et familiale ? Quelles solutions avez-vous éventuellement mis en œuvre pour remédier à cette situation ?
  • A l’inverse, vous estimez que certaines évolutions vont dans le bon sens et que votre intérêt pour le métier de banquier est resté intact ? Votre avis nous intéresse également.
  • Selon vous, quelles répercussions a eu (et aura) la crise du coronavirus sur votre profession ? Par exemple, concernant l'organisation du travail, avez-vous télétravaillé durant le confinement ? Et à l'avenir, le télétravail sera-t-il possible et accepté par votre hiérarchie ?

Pour participer à cet appel à témoignages et nous donner votre avis, contactez-nous par email à redaction@moneyvox.fr, en précisant bien votre poste, votre ancienneté et la banque pour qui vous travaillez. Votre contribution sera par la suite anonymisée.

Merci chaleureusement de votre participation !