Plusieurs responsables de la Fed étaient favorables à une mesure qui permettrait de maintenir les taux d'intérêt bas pendant longtemps afin de soutenir la reprise économique, une décision très attendue mais qui n'avait pas été annoncée mi-décembre, lors de la dernière réunion du comité monétaire dont les minutes ont été publiées mercredi.

« Concernant le rythme et la composition des achats d'actifs (...), tous les participants ont jugé approprié de poursuivre ces achats au moins au rythme actuel », selon le compte-rendu de réunion des 15 et 16 décembre.

Par ailleurs, « presque tous (les participants) se sont prononcés en faveur du maintien de la composition actuelle des achats, bien que quelques participants aient indiqué qu'ils étaient ouverts à (...) des échéances plus longues ».

Etendre la durée de détention de ces actifs, ou maturité, permet de garantir que les taux restent bas à plus long terme. Une telle annonce était très attendue par les marchés.

Pour « certains » participants à la réunion, « le Comité pourrait envisager des ajustements futurs de ses achats d'actifs », notamment une augmentation du rythme ou de la durée de maturité, si nécessaire, est-il encore indiqué dans le document.

Mi-décembre, les membres du comité monétaire de la Banque centrale américaine (Fed) avaient décidé de poursuivre les achats d'actifs, repris en mars face à l'avancée de la pandémie, jusqu'à des « progrès substantiels » sur les fronts de l'emploi et de l'inflation.

Elle achète, depuis juin, pour 120 milliards de dollars d'actifs par mois, dont 80 milliards de bons du Trésor et 40 milliards de MBS (produits financiers adossés à des prêts immobiliers).

Assurance auto : économisez jusqu'à 340 € grâce à notre comparateur en ligne

Les participants à la réunion avaient également relevé « qu'avec l'aggravation de la pandémie dans le pays, la reprise (économique) ralentirait probablement dans les mois à venir », mais, qu'à moyen terme, « les nouvelles positives sur les vaccins avaient amélioré les perspectives économiques ».

Le président de la Fed, Jerome Powell, avait simplement indiqué qu'« il reste difficile de comprendre le moment, la portée et les implications économiques du vaccin ».

La Fed avait révisé en hausse ses prévisions de croissance pour les Etats-Unis, tablant sur -2,4% en 2020 avant une croissance de 4,2% en 2021 et de 3,2% en 2022 (elle anticipait, en septembre, -3,7% en 2020, +4% en 2021 et +3% en 2022).