La Banque de Norvège a, comme attendu, laissé son taux directeur inchangé jeudi, à 0%, un niveau historiquement bas auquel, a-t-elle répété, il devrait rester « pendant un bon moment ».

« La forte récession économique et la grande incertitude quant à l'évolution future plaident pour que le taux d'intérêt reste inchangé jusqu'à ce que l'on voie des signes clairs d'une normalisation des conditions économiques », a déclaré le gouverneur de banque centrale, Øystein Olsen.

La trajectoire des taux futurs publiée le même jour laisse présager un premier resserrement de la politique monétaire norvégienne fin 2022.

L'institut d'émission a légèrement révisé sa prévision de récession pour l'année en cours, désormais attendue à -3,6% contre -3,5% précédemment. Il table en revanche toujours sur le même rebond de 3,7% en 2021.

« L'économie norvégienne est entrée dans une forte récession mais, au cours de l'été, l'activité a redémarré et le chômage a baissé », a noté M. Olsen.

« Mais une hausse des contaminations peut freiner la croissance dans un avenir proche », a-t-il ajouté.

Plus gros exportateur d'hydrocarbures d'Europe de l'Ouest, le pays nordique a été doublement touché en début d'année par l'impact économique de la pandémie de Covid-19 et par la faiblesse du cours du pétrole.

Pour soutenir l'activité, la banque centrale a énergiquement réduit son taux directeur, le ramenant de 1,5% à la mi-mars à 0% début mai, un plancher historique dans le pays nordique.

Si le statu quo était attendu jeudi, certains économistes tablaient sur de nouveaux signaux indiquant un resserrement monétaire plus rapide en raison de l'accélération de l'inflation et de la hausse continue des prix de l'immobilier avec, pour corollaire, un endettement record des ménages.

Mais la banque n'a apporté que des changements à la marge, ne laissant donc pas entrevoir un relèvement des taux avant le dernier trimestre 2022.

Après ces annonces, la couronne norvégienne s'est encore dépréciée par rapport au dollar et à l'euro, à son plus bas niveau depuis mai.