Fortuneo

La Banque du Japon garde son cap monétaire tout en relevant ses prévisions de croissance

Drapeau du Japon sur fond de ciel bleu
© crisfotolux - Fotolia.com

La Banque du Japon a maintenu mardi sa politique monétaire ultra-accommodante inchangée, une décision sans surprise au vu de perspectives de croissance certes relevées mais de prévisions d'inflation abaissées et toujours très loin de son objectif de 2%.

La BoJ prévoit désormais une croissance de 0,8% au Japon pour l'exercice 2019/20 (qui s'achèvera le 31 mars), contre 0,6% précédemment, ainsi qu'une croissance de 0,9% pour 2020/21, contre 0,7% auparavant, et de 1,1% pour 2021/22 (contre 1% anciennement), selon un communiqué.

Ces révisions à la hausse s'expliquent en partie par les mesures économiques du gouvernement japonais, a précisé la BoJ, une référence au plan de relance massif de 13.200 milliards de yens (environ 108 milliards d'euros) annoncé début décembre par le Premier ministre Shinzo Abe.

L'institution monétaire a aussi souligné une « certaine atténuation » des risques pour l'activité économique mondiale, bien que ces derniers demeurent « toujours significatifs ».

Les Etats-Unis et la Chine ont notamment signé la semaine dernière leur accord commercial préliminaire, ce qui devrait donner un répit à l'économie mondiale cette année, dont la croissance va rebondir tout en restant « poussive », avait déjà estimé lundi le Fonds monétaire international (FMI).

La BoJ a toutefois légèrement abaissé mardi ses prévisions d'inflation : elle anticipe désormais une hausse des prix au Japon de 0,6% en 2019/20 (contre 0,7% précédemment), de 1% en 2020/21 (contre 1,1% auparavant) et de 1,4% en 2021/22 (contre 1,5% anciennement).

Par conséquent l'institution a maintenu telle quelle sa politique monétaire. Il s'agit notamment de l'application d'un taux négatif de 0,1% sur les dépôts des banques auprès d'elle et de rachats massifs d'obligations à dix ans de l'Etat japonais, à un rythme annuel théorique d'environ 80.000 milliards de yens (655 milliards d'euros) afin que leurs rendements demeurent autour de zéro.

Ces deux mesures visent à inciter les banques nippones à prêter davantage leurs liquidités aux entreprises et aux ménages, afin de stimuler l'activité économique et une progression des prix.

Partager cet article :

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2020 Agence France-Presse.

Commentaires

Soyez le premier à réagir à cette actualité !

Ajouter un commentaire

Me prévenir en cas de nouveau commentaire