Le 18 avril prochain, C-zam, un compte courant low cost et mobile, fera son apparition dans les rayons des magasins Carrefour. Julien Jaillon, directeur général de Carrefour Banque, en détaille la conception et le fonctionnement. Et il dévoile ses ambitions pour ce produit inédit en France.

A propos de C-zam, lire aussi : Carrefour dégaine son compte bancaire low cost

Julien Jaillon, Carrefour Banque distribuait déjà des crédits, des produits d’épargne, de l’assurance et même des cartes bancaires. Pourquoi désormais un compte courant, et comment s’articule-t-il avec le reste de votre catalogue ?

Julien Jaillon : « Notre ambition est d’élargir la gamme de nos produits et de répondre aux besoins de notre clientèle. C-zam est une offre distincte, mais complémentaire des autres produits commercialisés par Carrefour Banque, qui va nous permettre de toucher de nouvelles cibles. Le compte courant répond également aux attentes de nos clients carte PASS [cartes de crédit distribuées par l’enseigne, NDLR], qui devaient jusqu’ici fournir le RIB d’un compte courant extérieur à Carrefour Banque. Désormais, ils auront la possibilité d’utiliser leur compte C-zam. Plus généralement, un client C-zam pourra accéder, après analyse de ses besoins, à l’ensemble de l’offre Carrefour Banque. »

« Une offre distincte mais complémentaire des autres produits Carrefour Banque »

A quel profil de clientèle destinez-vous C-zam ?

J.J. : « Tous les profils de clients peuvent être intéressés, des jeunes qui ouvrent leur premier compte courant aux familles qui ont besoin d’un compte complémentaire pour gérer les dépenses du foyer. C-zam est un compte courant avec RIB, qui permet par exemple de domicilier son salaire. Il peut aussi être alimenté par carte bancaire, par virement, mais pas par cash, pour des questions de sécurité. »

L’activation du compte C-zam se fait en autonomie, avec un smartphone ou un ordinateur. Ne craignez-vous pas de mettre certains usagers, livrés à eux-mêmes, en difficulté ?

J.J. : « Nous avons prévu un dispositif d’accompagnement. Dans le réseau d’hypermarchés, les conseillers dans les agences Carrefour Banque et Assurance pourront orienter les clients. Nous nous appuyons également sur notre centre d’appel basé en France, avec une équipe dédiée à C-zam. Les clients pourront enfin consulter notre site internet, qui intègre une FAQ, et nous contacter par mail. »

Combien de temps faudra-t-il prévoir, après l’achat de la box C-zam, pour avoir un compte courant pleinement opérationnel ?

« L'activation du compte, l'affaire de 10 minutes »

J.J. : « C-zam est un produit qui fonctionne en temps réel, et le processus d’activation, en lui-même, est l’affaire de 10 minutes, à condition de disposer des pièces justificatives à portée de main (1) : il suffit en effet de les prendre en photo avec son smartphone ou de les scanner sur son ordinateur. Une fois l’activation effectuée, le client dispose d’un RIB qui lui permet d’alimenter son compte de manière immédiate par carte bancaire, ou différée par virement ou en domiciliant ses revenus. Ainsi qu’un code secret pour activer sa carte dans un environnement sécurisé. »

Vous avez fait le choix de facturer des frais de tenue de compte mensuels, à hauteur d’un euro ? Pourquoi ?

J.J. : « Nous voulions que le produit soit très simple d’accès pour le client, facile à souscrire et sans engagement de durée. Si un client ouvre un compte C-zam, il peut le tester quelques mois et, s’il n’est pas satisfait, il pourra clôturer son compte immédiatement en ne payant que les mois d’utilisation, en plus des 5 euros réglés à l’achat du coffret. »

Où seront cantonnés les dépôts des utilisateurs de C-zam ?

J.J. : « Carrefour Banque étant un établissement de crédit de plein exercice, nous gérerons nous-mêmes ces dépôts. »

Quelle est votre ambition, en matière de conquête clients ?

« Des volumes importants, des marges faibles »

J.J. : « Nous ne souhaitons pas annoncer de chiffres à ce stade, mais nous avons de grandes ambitions pour C-zam. Ce produit est le fruit du mariage de la banque et de la grande distribution, et comme pour nos autres produits, notre modèle économique est basé sur des volumes importants avec de faibles marges. »

Comment allez-vous faire connaître ce nouveau produit ?

J.J. : « Il sera d’abord mis en avant dans 3.000 magasins de l’enseigne : dans les allées centrales de nos hypermarchés et derrière les caisses, dans des meubles dédiés pour les supermarchés et magasins de proximité. Nous avons ensuite prévu un dispositif de communication 360° : télévision, radio, presse écrite, web. »

(1) L’ouverture du compte C-zam nécessite de fournir la copie d’une pièce d’identité française (CNI, passeport, carte de résident) et une seconde pièce jusitificative (autre pièce d’identité, facture de fournisseur d’énergie, avis d’imposition, etc.).