Le courtier français Gras Savoye change de nom pour adopter celui de son propriétaire britannique Willis Towers Watson, abrégé en WTW, annoncent les deux sociétés lundi.

Cette évolution témoigne « d'un vrai processus d'intégration » de la filiale française au sein du groupe « et d'une transformation » de l'entité elle-même, explique à l'AFP le directeur général Cyrille de Montgolfier.

Elle entérine aussi la disparition d'une marque née en 1907 et le rapprochement des activités de courtage et de conseil sur le sol français.

La France, de par les activités de Gras Savoye, représente le troisième marché du groupe WTW dans le monde derrière les Etats-Unis et le Royaume-Uni, avec un chiffre d'affaires pour 2020 de 508,7 millions d'euros, attendu en croissance en 2021.

Longtemps numéro un en France, Gras Savoye a été rétrogradé à la deuxième place l'an dernier après la fusion de Siaci Saint Honoré et Diot, un ensemble qui pèse près de 700 millions d'euros de chiffre d'affaires.

La société revendique une source de revenus équilibrée entre grands groupes du CAC 40 et petites et moyennes entreprises établies en régions.

Gras Savoye était entré fin 2015 dans le giron de ce qui était alors Willis Group (avant la réalisation de sa fusion avec cabinet de conseils en risques américain Towers Watson), détenteur de 30% des parts et qui s'était offert les 70% restants auprès de la famille fondatrice, la société de capital-investissement Astorg et des dirigeants.

Assurance habitation : économisez jusqu'à 40% grâce à notre comparateur en ligne

Le destin de Gras Savoye aurait pu être tout autre si la fusion des numéros deux et trois du courtage mondial Aon et Willis Towers Watson n'avait pas capoté en 2021, la Commission européenne demandant à l'époque à ce que le courtier français soit cédé en cas de réalisation de l'opération.