L'assureur Axa a enregistré un chiffre d'affaires en hausse de 7% sur les neuf premiers mois de l'année par rapport à un an plus tôt, à 76 milliards d'euros, selon des résultats publiés jeudi.

Le groupe a par ailleurs annoncé un programme de rachat d'actions d'un montant maximal de 1,7 milliard d'euros, dans un communiqué séparé.

Le directeur général adjoint Frédéric de Courtois a salué « une très bonne dynamique » et une « solidité » qui « témoignent de la bonne mise en œuvre de notre plan stratégique », lors d'un point avec des journalistes.

« Tous ces éléments nous rendent très confiants pour l'avenir », a-t-il ajouté.

La progression du chiffre d'affaires a été « tirée par l'ensemble des métiers », a souligné M. de Courtois. Il s'est félicité d'une performance qui « confirme que le groupe sort de manière dynamique et solide de la crise financière ».

Le secteur de l'assurance dommages, qui représente plus de la moitié du chiffre d'affaires du groupe, a cru de 5% à 38,5 milliards d'euros, soutenu par l'assurance des entreprises (+7%), « bénéficiant d'un environnement tarifaire favorable » notamment chez Axa XL (+6%). L'activité a été très soutenue en France (+12%).

Le groupe a en outre évalué à 400 millions d'euros le montant des sinistres que devra enregistrer Axa XL en lien avec l'ouragan Ida qui a touché les Etats-Unis fin août.

L'assurance santé (+4%), l'assurance vie, épargne, retraite (+12%) et la gestion d'actifs ont tous participé à la hausse du chiffre d'affaires.

Le ratio de solvabilité du groupe, indicateur clé dans le secteur, a progressé de 2 points à 214% par rapport à fin juin, soit « au-dessus de la cible de 190% annoncée l'année dernière », a souligné M. de Courtois.

A propos du conflit qui oppose Axa et de nombreux restaurateurs en France autour des pertes d'exploitation dues au Covid-19, le directeur financier Alban de Mailly Nesle a précisé que « trois-quarts des restaurateurs » concernés se sont engagés dans une discussion avec Axa dans le cadre d'une solution à l'amiable.

Assurance auto : économisez jusqu'à 340 € grâce à notre comparateur en ligne

L'offre a été prolongée jusqu'à la mi-novembre, et le groupe fera à l'issue de ce délai un point sur le nombre de transactions acceptées.

Le programme de rachat d'actions devrait quant à lui débuter le 8 novembre « ou aux alentours de cette date », explique le groupe dans un communiqué, et se terminer « d'ici la fin du mois d'avril 2022 ».

Le montant est équivalent à celui « du demi-dividende non-versé l'année passée au titre de l'exercice 2019 », a remarqué M. de Mailly Nesle.

Un autre programme de rachat d'actions sera lancé en 2022 d'un montant maximal de 500 millions d'euros afin de compenser la dilution de résultats liée à la vente de trois actifs, en Grèce, à Singapour et en Malaisie.