L'heure est au calcul et à la comparaison : selon les experts sollicités par MoneyVox, les contrats d'assurance auto vont augmenter dans des proportions comprises entre 0,5 et 2% en 2022. Du côté des assurances multirisques habitation, la hausse se situe entre 1,5% et 4% pour les moins optimistes.

Assurance Auto

Une hausse allant de 0,5% à 2%

Pour une question d'image après les polémiques sur les gains réalisés pendant le confinement, la modération s'impose aux acteurs de l'assurance auto en 2022. Ainsi la Maif a annoncé geler à nouveau ses tarifs. D'autant que moins de départs de clients ont été enregistrés dans les portefeuilles en 2021 que les années précédentes. Et, si les assureurs ne suivent pas tous le mouvement, « les mutualistes, qui concentrent un contrat sur deux en France, seront proches d'une variation de 0% quand les compagnies traditionnelles pourraient elles pousser jusqu'à 2% », estime Cyrille Chartier-Kastler, président fondateur du cabinet Facts & Figures. Résultat, des prévisions comprises entre 0,5% et 1%. Au cabinet Addactis on estime que la hausse moyenne sera de 2% quand Fabien Soccio, expert assurance chez le courtier Meilleurtaux table sur une augmentation de 1%. En 2021, la hausse effective moyenne a été de 0,2%.

Les pièces détachées cassent le marché

Si les prix grimpent depuis plusieurs années malgré l'accalmie prévue en 2022, les ventes massives de SUV, l'essor des véhicules électriques et le coût toujours plus élevé des réparations et des pièces détachées n'y sont pas pour rien. L'association Sécurité et Réparation Automobile (SRA) confirme que le prix des pièces de rechange des voitures a flambé ces dernières années (+ 6% en 2019 et +5,8% en 2020) et de 3,6% par an, en moyenne sur la période 2012-2020. Sur la même période, l'assurance auto a augmenté de seulement 0,6% par an - passant de 418 euros à 437 euros, soit 2,40 euros par an. C'est dans le détail que les prix sont les plus déconcertants : un rétroviseur bourré d'électronique peut être facturé jusqu'à 780 euros pièce, hors main-d'œuvre, quand un pare-brise dépasse les 800 euros, selon les données de Facts & Figures.

Assurance auto : économisez jusqu'à 340 euros

En parallèle, le taux horaire de la main-d'œuvre monte aussi : + 11% pour celui des carrossiers par exemple. La donne pourrait changer au 1er janvier 2023 avec l'entrée en vigueur de la loi qui libéralise le marché des pièces détachées visibles (ailes, capots, pare‑chocs, pare‑brise, feux, rétroviseurs). Avec la fin du monopole des constructeurs, « on envisage une baisse comprise entre 6 et 15% », des pièces détachées estime Olivier Moustacakis, du comparateur Assurland.com. Une fourchette de prix équivalente à celle donnée par l'Autorité de la concurrence.

La concurrence est l'alliée du consommateur

Mais si les prix ne s'envolent pas, c'est grâce à la concurrence et à la possibilité de résilier son contrat à tout moment notamment. « La bataille commerciale est intense entre les assureurs », souligne Olivier Moustacakis. « Les nouveaux venus sur le marché, notamment les acteurs 100% en ligne, limitent l'envol des tarifs avec une politique tarifaire agressive et la volonté de proposer des contrats à la carte, revus chaque année. Ils jouent sur le fait que le client après quelques années chez un assureur paie pour les offres commerciales formulées pour attirer de nouveaux clients », insiste Abdellah Nasri de chez Partners Conseils Assurances.

Mutuelle, assurance auto et habitation... Que valent les offres low cost ?

Les bancassureurs proposent aussi des contrats de plus en plus performants pour une prime raisonnable. Leur part de marché ne cesse d'augmenter depuis 2015 selon Facts & Figures, grâce à la puissance de leur réseau commercial.

Assurance habitation

Une hausse allant de 1,5% à 3,5%

Du côté de l'assurance multirisques habitation, comment vont évoluer les contrats en 2022 ? Selon les hypothèses de Facts & Figures, une hausse des primes comprise entre 1 et 1,5% est à prévoir sur les contrats déjà signés, d'un montant moyen de 270 euros. Fabien Soccio confirme une hausse qu'il juge « modérée » quand Addactis table sur une moyenne plus forte à 3,5%. « La hausse moyenne a été de 0,2% en 2020, nous tablons sur une évolution équivalente en 2022 », annonce pour sa part Olivier Moustacakis.

Assurance habitation : économisez jusqu'à 40% grâce à notre comparateur en ligne

Par contre, tous s'accordent sur les causes des augmentations à prévoir. Les risques climatiques explosent. Sur la période 2016-2020, les catastrophes naturelles ont coûté près d'un milliard d'euros par an. Conséquence : une hausse de près de 2% par an de la prime d'assurance habitation ces dernières années, qui n'est qu'un prémice. « Le secteur s'y attendait mais nous y voilà, constate Fabien Soccio. L'exceptionnel devient normal. La fréquence et l'intensité des aléas climatiques est plus forte », après les inondations et les incendies de l'été. Selon lui, la hausse des primes va se poursuivre pour au moins une dizaine d'années, le temps que les contrats correspondent aux risques.

Réévaluer les contrats face aux risques climatiques

« La taxe prélevée sur les contrats d'assurance habitation pour alimenter le fonds de remboursement des catastrophes naturelles a rapporté 1,7 milliard d'euros en 2021 quand les indemnités à verser sont de 2 milliards d'euros, souligne Olivier Moustacakis. Cette taxe était de 5,5% à la base, elle est aujourd'hui de 12% de la prime totale ». D'ici quelques années, elle devrait tutoyer les 20%, estiment les experts.

Assurance habitation : économisez jusqu'à 40%