Les assureurs séduisent à nouveau le grand public. Certains groupes s'en sortent bien mieux que d'autres.

Comme les banques, l’image des assureurs auprès des Français s’améliore. Ces deux secteurs particulièrement affectés lors des périodes de crise reprennent des couleurs, selon le baromètre trimestriel (1) Posternak sur l'image des grandes marques et enseignes françaises.

La Maif, qui fait toujours la course en tête, a encore repris 6 points au deuxième trimestre avec 51% d’image positive. Elle avait déjà engrangé 6 points de plus entre janvier et mars 2021. 12 points de plus en six mois donc et ce n’est certainement pas fini car l’entreprise vient d’annoncer un nouveau gel des primes d’assurance auto pour 2022, comme pour 2021. Une excellente nouvelle pour ses 2,8 millions d’assurés automobiles et qui devrait mettre la pression sur les concurrents de la Maif.

Jusqu'à 340 euros d'économies sur votre assurance auto avec notre partenaire

La remontada de Groupama

Derrière le groupe mutualiste, c’est la Macif qui prend la deuxième place du classement avec 48% d’image positive (+4 points). La troisième marche du podium revient à Groupama dont la cote a bondi de 10 points sur un trimestre avec 45% d’image positive.

Suivent dans un mouchoir de poche la Maaf et MMA avec respectivement 41 et 40% d’image positive. En revanche, GMF, Axa et Aviva sont très loin derrière avec 33%, 26% et 22% d’image positive, et ce malgré un gain de 4 à 5 points comparé au premier trimestre.

Assurance habitation : économisez jusqu'à 40% grâce à notre comparateur en ligne

Même si le secteur de l’assurance se ressaisit, son image reste dégradée si on la compare, par exemple, aux données de 2017 où le leader Macif se prévalait de 65% d’image positive, soit 17 points de plus qu’aujourd’hui. L’écart est encore plus saisissant pour Axa qui était à 50% d’image positive, 24 points de plus ! Ces derniers mois, plusieurs restaurateurs clients d'Axa ont attaqué l'assureur en justice pour être dédommagés des pertes d'exploitation découlant de leur fermeture durant le confinement lié à la crise du Covid-19.