La Banque centrale d'Indonésie a relevé jeudi son taux directeur, pour le deuxième mois de suite, pour tenter de juguler l'inflation qui accélère dans la plus grande économie d'Asie du Sud-Est.

La Banque d'Indonésie a relevé son taux d'un demi-point, de 3,75% à 4,25%, alors que la plupart des analystes misaient sur une hausse plus modeste d'un quart de point.

L'institution avait relevé en août son taux directeur – d'un quart de point – pour la première fois depuis 2018, afin de lutter contre une hausse des prix à la consommation provoquée par l'invasion de l'Ukraine par la Russie qui met les prix alimentaires et de l'énergie sous pression dans le monde entier.

La décision au début du mois du gouvernement indonésien de relever de 30% les prix du carburant subventionné devrait encore aggraver en septembre l'inflation qui s'établissait à 4,69% en août sur un an.

Des économistes prédisent que l'inflation qui était jusqu'à présent restée sous contrôle en Indonésie, pourrait atteindre environ 7% à la fin de l'année.

Le relèvement des taux jeudi est une mesure « préventive, franche et dirigée vers l'avenir », pour « abaisser les perspectives d'inflation », a souligné le gouverneur de la Banque d'Indonésie Perry Warjiyo.

Cette hausse du taux directeur vise à ramener l'inflation dans la fourchette prévue entre 2% et 4% d'ici la fin de l'année.

Le pays riche en matières premières a relativement bien résisté aux turbulences économiques mondiales, avec une croissance du produit intérieur brut prévue à 5,2% cette année, après une progression de 3,7% l'an dernier suite à une récession en 2020 (-2,1%) à cause des restrictions liées au Covid-19.

Investissez dans la Bourse au meilleur prix ! 7 offres comparées

Mais la politique monétaire de l'archipel pourrait être encore resserrée à l'avenir pour lutter contre l'inflation et la pression qu'exerce un dollar fort sur la monnaie nationale, la roupie.

« Si une hausse de taux (jeudi) ne faisait aucun doute, l'ampleur était inattendue », a souligné Gareth Leather, économiste spécialiste de l'Asie pour Capital Economics.

« Avec un taux d'inflation qui devrait augmenter fortement en septembre, et rester au delà des prévisions jusqu'à la fin 2023, un resserrement supplémentaire est probable ».