En France, le prix de la baguette de pain a augmenté depuis l'an dernier. Les boulangers n'ont pas le choix face à la hausse du prix des matières premières et de l'énergie. Parce que les professionnels rognent sur leurs marges, la hausse reste cependant contenue.

Le prix des matières premières et de l'énergie a considérablement augmenté en France, et même dans toute l'Europe. Cette hausse a un impact dans de nombreux secteurs de l'économie, dont la boulangerie. En conséquence, le prix de la baguette a lui aussi augmenté. En juin dernier, son prix moyen était de 0,93 euro, soit 0,4 euro de plus qu'en juin 2021 selon l'Insee, rapporte BFMTV.

Le chariot BFM Business confirme cette tendance : durant la première semaine d'août 2022, la baguette tradition se vendait en moyenne à 0,89 euro en supermarché, une hausse de 6% par rapport à la dernière semaine de juillet. Mais cette hausse reste maîtrisée, notamment grâce aux efforts des boulangers.

Rogner sur les marges pour ménager les consommateurs

« S'il fallait que l'on répercute les augmentations sur les prix, il y aurait des augmentations de 30% », explique Dominique Anract, président de la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie. « Tous les postes ont augmenté : les matières premières, l'énergie et les emballages. Finalement, c'est une augmentation tout à fait raisonnable. »

Inflation : qui sont les consommateurs les plus pénalisés par la hausse des prix ?

Mais comment les boulangers font-ils pour limiter la hausse des prix ? Ils rognent sur leurs marges, tout simplement. C'est ce qui inquiète Dominique Anract, pour qui cette situation est une véritable « bombe à retardement » pour le secteur. En effet, les tendances de prix ne vont pas aller à la baisse dans les prochains mois.

Investissez dans la Bourse au meilleur prix ! 7 offres comparées

La Confédération a donc lancé un appel à l'État. Elle demande que des aides soient mises en place pour le secteur. Une idée serait d'accompagner les boulangers dans le remplacement des fours, dont beaucoup fonctionnent encore au gaz et au fioul en France. Des modèles plus écologiques et moins consommateurs en énergie permettraient de réaliser d'importantes économies.