La pêche (+25%), le poivron (+37%), la tomate en grappe (+31%) ou les haricots verts (+21%) font aussi partie des produits dont le prix moyen s'envole selon une étude de l'association de consommateurs Familles rurales. A contrario, les oignons (-14%), pommes (-7%) ou carottes (-3%) sont moins chers en moyenne que l'année précédente.

Chez les fruits, la championne de l'inflation c'est la pastèque dont le prix a bondi de 40% entre 2021 et 2022 selon une étude de l'association de consommateurs Familles rurales publiée ce vendredi sur la base d'un observatoire des prix des biens de consommation courante. Ce bond s'explique par une production moindre en raison des conditions climatiques difficiles. La pêche (+25%), le poivron (+37%), la tomate en grappe (+31%) ou les haricots verts (+21%) font aussi partie des produits dont le prix moyen s'envole. A contrario, les oignons (-14%), pommes (-7%) ou carottes (-3%) sont moins chers en moyenne que l'année précédente.

Plus largement, l'écart de prix moyen des fruits et légumes non bio entre 2021 et 2022 est de 11% . Un chiffre deux fois supérieur au niveau actuel de l'inflation en France. Dans le détail, le prix du panier de fruits a augmenté de 8% et celui de légumes de 15%. Dans l'agriculture biologique, généralement plus chère, les hausses sont moins prononcées avec 4% pour les fruits et... une baisse de 3% du prix des légumes. En agriculture biologique, la pêche (+28%), le citron jaune (+13%), la pastèque (+11%) et le poivron (+10%) sont les produits dont le prix a le plus progressé, tandis que de nombreux légumes ont vu leur prix stagner ou baisser.

La progression plus limitée des prix du bio s'explique selon l'association par l'utilisation moindre d'intrants et surtout par une difficulté plus importante à écouler la production, les consommateurs « semblant s'être détournés des produits alimentaires les plus onéreux ».

Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget

Une hausse généralisée des produits de l'alimentaire

Familles Rurales rappelle que « de mai 2012 à mai 2022, les prix des fruits frais ont augmenté de 42% et ceux des légumes frais de 37%. » Dans le même temps, les prix de l'alimentation et l'indice général des prix à la consommation « ont augmenté respectivement de 15% et de 13% ».

Face à cette hausse, l'association appelle les responsables politiques à consacrer un chèque alimentaire « pour toutes celles et ceux qui se voient aujourd'hui exclus des produits sains pour leur santé, faute de budget suffisant ».