La Première ministre Elisabeth Borne a d'ores et déjà annoncé une revalorisation exceptionnelle des pensions de retraite de base, de 4%, cet été. Une hausse qui passerait par un projet de loi « pouvoir d'achat » peu après les élections législatives. Quid des minima sociaux ? Non confirmée jusqu'à présent, une même revalorisation de 4% semble avoir la cote.

Rien d'officiel. Mais la petite musique devient plus qu'insistante en cette semaine d'entre-deux tours des élections législatives. L'indiscrétion apparaît cette fois dans les colonnes des Echos : « Cette hausse [de 4% de la prime d'activité, NDLR] n'a pas encore été annoncée, mais elle a été confirmée aux Echos par plusieurs sources. Elle devrait être au menu du projet de loi de soutien du pouvoir d'achat, dont la présentation en Conseil des ministres est attendue le 6 juillet. » Un texte de loi censé porter plusieurs revalorisations exceptionnelles afin de faire face à l'nflation galopante, de 5,2% sur les douze derniers mois selon la dernière mesure de l'Insee.

Retraite, loyers, livret A, APL, CAF... Les gagnants et les perdants des plus de 5% d'inflation

Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget

Une hausse visible début août ?

Une hausse exceptionnelle de la prime d'activité ferait suite à une revalorisation de 1,8% opérée en avril, au plus classique rythme annuel. Soit +5,8% en tout sur l'année 2022, ce qui permettrait de compenser l'inflation, à ce stade, pour les bénéficiaires de cette prestation sociale venant compléter les bas salaires. Si elle se confirme - ce qui dépend évidemment aussi du résultat des élections législatives - cette hausse pourrait concerner 4,6 milions de foyers.

Précision d'importance : comme pour les retraites, si c'est la prestation du mois de juillet qui serait concernée par cette revalorisation, cela ne serait visible que sur les primes versées début août. La prime d'activité de juillet est en effet versée par la CAF début août.

Prime d'activité : un bonus moyen de 185 euros par mois