En déplacement à Evreux, dans l'Eure, jeudi 5 mai, Bruno Le Maire a prévenu que, sur le plan économique, « le plus dur est devant nous ». La guerre en Ukraine, la flambée des prix des matières premières et l'inflation grandissante confrontent la France « à des difficultés économiques considérables », selon le ministre de l'Economie.

« Il y a la guerre en Ukraine, la flambée du prix des matières premières, une inflation nouvelle qui est le premier sujet de préoccupation économique », a expliqué le ministre, selon des propos rapportés par l'AFP.

L'inflation sera élevée en 2022, quel que soit le scénario. La Banque de France évalue l'inflation à 3,7% dans son scénario le plus optimiste. Dans ses projections les plus pessimistes, elle pourrait monter jusqu'à 4,4%. Un niveau de hausse des prix jamais atteint depuis 2008.

+5% sur les produits de grande consommation d'ici le début de l'été ?

La guerre en Ukraine provoque une envolée durable des prix des matières premières. Et la situation n'est pas prête de s'améliorer à en croire les prévisions d'Emily Mayer, directrice business insight à l'institut d'études spécialisé IRI : « Sur un an, l'inflation s'élève à 3,1% pour les seuls produits alimentaires », explique-t-elle dans Le Parisien. Elle annonce dans le même quotidien que « la tendance va s'accentuer » : « D'ici le début de l'été, il faut s'attendre à ce que la hausse des prix de produits de grande consommation atteigne ou dépasse les 5%. »

Retraite, RSA, prime d'activité, impôts... Les perdants et faux gagnants de l'inflation à 4,5%